Dernières heures

DÉNONCER LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES AÎNÉES : LA RÉGION DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES SE DOTE D’UN GUICHET D’ACCÈS

12 juin 2014 | par Tommy Gauthier
DÉNONCER LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES AÎNÉES : LA RÉGION DE LA  CHAUDIÈRE-APPALACHES SE DOTE D’UN GUICHET D’ACCÈS
Actualités régionales
0

L’Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches (ASSSCA) souhaite souligner la Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes aînées qui se déroulera le 15 juin prochain. L’ASSSCA profite de l’occasion pour annoncer le lancement du guichet d’accès pour les situations de maltraitance envers les aînés en Chaudière-Appalaches. Ce projet régional novateur, qui vise à mettre en place un service d’accompagnement personnalisé en situation de maltraitance, permettra une accessibilité aux services à cette clientèle. Afin de répondre aux besoins d’accompagnement et de soutien auprès des personnes victimes de maltraitance, nous privilégierons une ligne téléphonique déjà existante, la ligne Info-Santé 811. « Nous ne créons pas un nouveau service; nous maximisons un service bien implanté qui jouit d’une grande notoriété. Tous les efforts nécessaires sont investis, pour qu’ensemble nous arrivions à contrer la maltraitance envers les personnes aînées. » a tenu à préciser monsieur Daniel Paré, président-directeur général de l’Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches.

Le 811 facilitera l’accès

Pour contrer ce problème lourd de conséquences qu’est la maltraitance envers les personnes aînées, l’ASSSCA et les 5 centres de santé et de services sociaux de la région ont convenu d’améliorer le continuum de services pour mieux prévenir et dépister, mais également pour mieux intervenir à la suite d’un signalement par une victime ou une personne témoin d’abus. Ainsi, le personnel de la centrale Info-Santé 811 sera formé et chaque CSSS déterminera une trajectoire de services semblable pour que partout sur le territoire, au besoin, un intervenant social puisse intervenir rapidement auprès de la victime et lui offrir soutien et accompagnement. Madame Marie‑Claude Bélanger, directrice générale du CSSS de Beauce, établissement responsable de la centrale régionale, explique que « l’équipe de la centrale recevait déjà des appels de personnes en détresse et je sais que chaque signalement ou chaque soupçon était pris très au sérieux. Nous ne pouvons que nous réjouir que de constater que la toile de services sera resserrée. »

Un sujet encore tabou

Malheureusement, la maltraitance envers les personnes aînées est encore méconnue et peu révélée. C’est la raison pour laquelle il n’est pas facile de quantifier la proportion de la population touchée par ce problème social et de santé. Le Plan d’action gouvernemental pour contrer la maltraitance estime que 4 % des personnes aînées auraient, au cours de l’année, été touchées par la maltraitance. Nous pourrions même croire que, dans les faits, cette proportion est plus élevée puisque les personnes hésitent à parler de la situation car elles ont peur des représailles, d’être abandonnées ou d’être changées de milieu de vie. La maltraitance désigne diverses formes de violence, d’abus ou de mauvais traitements envers les aînés. Nous y retrouvons de la maltraitance physique, psychologique ou émotionnelle, financière ou matérielle, la violation des droits de la personne ou de la négligence.

*Sur la photo : Le comité de pilotage du regroupement pour la prévention et la lutte à la maltraitance envers les aînés MRC des Appalaches. Première rangée : du CSSS de la région de Thetford, Isabelle Labrecque, chef intérimaire à l’administration du programme perte d’autonomie liée au vieillissement (PALV), et Marie Donati, travailleuse sociale, ainsi que Louise Palin, directrice du Centre d’action bénévole Beaulac-Garthby, Sophie Desrosiers, directrice D’homme à Hommes, et Francis Picarou, directeur du programme PALV au CSSS. Deuxième rangée : Paulette Beaudry, administratrice au Conseil des aînées et des retraités de la MRC des Appalaches, Véronique Gosselin, directrice de la Coopérative de services à domicile de l’Amiante, et Marcelle Paradis, chargée de projet « Vieillir en santé » au CSSS.

Rediffusion | Source : Service des communications, Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *