Dernières heures

La production de semences biologiques, un projet novateur qui fera rayonner la région

12 juin 2018 | par Tommy Gauthier
La production de semences biologiques, un projet novateur qui fera rayonner la région
Actualités régionales
0

Le Comité de développement agroalimentaire des Appalaches (CDAA) est particulièrement enthousiaste de lancer officiellement aujourd’hui son nouveau projet de production de semences biologiques. Ce projet novateur se déroulera sur le site de l’incubateur agroalimentaire dans le secteur Sacré-Cœur-de-Marie de la municipalité d’Adstock. La production de semences biologiques répond à un besoin des producteurs qui sont de plus en plus nombreux à emprunter cette voie et qui trouve difficilement à s’approvisionner au Québec.

Le projet

Dès la mise en place de l’incubateur agroalimentaire, le CDAA avait le défi d’arriver à s’autofinancer à moyen terme. Suite à  une analyse approfondie, et guidé par les conseils de la chargée de projet, madame Meggie Canuel-Caron, agronome de formation,  le CDAA a mis en lumière une production qui permettra d’assurer un revenu et des retombées positives dans le milieu. Pour y arriver, la chargée de projet utilisera une partie de la terre-école pour y développer la production de semences de légumes biologiques adaptées à notre terroir. 

La production de semences de légumes est un secteur peu connu qui gagne de plus en plus en popularité à travers le Québec. La demande des consommateurs pour une chaîne de production bioalimentaire, de la semence à l’assiette, de plus en plus locale et respectueuse de l’environnement, place cette production en position avantageuse. Le secteur maraîcher biologique, déjà conscientisé face à ces enjeux, gagnerait une corde à son arc en développant sa capacité à s’autosuffire régionalement en semences. De plus, une fois les semences extraites, plusieurs légumes permettent une utilisation de la chair du fruit, tels que les tomates et les courges. Les légumes déclassés lors de la sélection des lignées de porte-graines ont aussi le potentiel d’être transformés. De cette activité découle aussi une possibilité de faire des partenariats avec les restaurateurs et les transformateurs pour valoriser ces produits.

L’incubateur à un rôle important à jouer pour ouvrir la voie au développement de ce créneau en expérimentant son potentiel régional et en stimulant l’intérêt pour cette étape du processus bioalimentaire. Grâce à son réseau bien établi, le CDAA pourra assurer le lien entre chacune des étapes afin de diversifier les secteurs agricoles régionaux. Les semences seront vendues aux producteurs maraîchers biologiques de la région et éventuellement à travers le Québec. Actuellement les fermes maraîchères biologiques du Québec achètent à plusieurs grands distributeurs qui sont localisées au Québec mais qui n’offrent pas de semences produites aux Québec. Une petite quantité de semences sera aussi vendue directement dans le milieu, à des particuliers, pour sensibiliser la population aux enjeux liés à ce domaine et créer un engouement collectif autour du projet.

Deux partenaires financiers importants 

Un montant de 82 000$ a été nécessaire pour lancer ce projet de production de semences biologiques. Ainsi le Fonds de développement des régions et des groupes de Desjardins a contribué pour une somme de 42 000 $ et une somme de 40 000 $ a été accordée dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire. Leur contribution a été essentielle et, sans eux, le projet n’aurait pu voir le jour.

Le financement obtenu permettra au CDAA d’acquérir les équipements nécessaires à la production de semences de légumes biologiques, d’adapter le bâtiment de service à cet effet et de faire l’achat d’un système d’irrigation approprié. En effet, l’entreposage des semences et des légumes bisannuels requiert le chauffage hivernal du bâtiment et le fonctionnement de la chambre froide à l’année. Le système d’irrigation doit aussi être adapté pour permettre un arrosage au goutte-à-goutte primordial au séchage des semences au champ. De plus, l’une des deux serres servira exclusivement à la production de semences afin de réussir une production rentable et de qualité.

Le président du Comité, monsieur Michel Nadeau, a tenu à rappeler aux personnes présentes que : « La créativité et l’énergie entrepreneuriale dont ont fait preuve les membres du CDAA et les partenaires financiers ont permis de mettre en place ce projet au profit de la diversification et du développement économique de notre région. Le secteur agroalimentaire est à ce titre un rouage important et le CDAA est fier d’y contribuer grâce à ce nouveau projet ».

Source : Meggie Canuel-Caron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *