Dernières heures

LA STRATÉGIE DU CHOC – PARIS, SYRIE, MES AMIES

16 décembre 2015 | par Matt Grégoire
LA STRATÉGIE DU CHOC – PARIS, SYRIE, MES AMIES
Ailleurs dans le monde
0

3 semaines après les tragiques événements du 13 novembre 2015 à Paris, un portait plus précis des multiples raisons pour lesquelles ces événements furent planifiés se dessine peu à peu. (N.B. Ces remarques ou faits furent notés par plusieurs, je ne me contente que de rassembler les multiples idées, analyses ou discussions que j’ai lues, eues et partagées avec diverses personnes, en espérant que cela puisse faire réfléchir plus en profondeur et amener à moins croire facilement toute l’information biaisée « fast food » pondue par les médias de masse.)

  1. Le 16 novembre 2015, l’un des plus grands fabriquant d’armes en France (Thalès) était en hausse de 3%. Des hausses similaires furent observées pour d’autres entreprises de vente d’armes dans le monde dont Northrop, Lockheed ou encore Raytheon. (1). Peut-on croire à la pure coïncidence, peut-être ! N’empêche que ça en est une marquante.
  2. L’état d’urgence décrété (2): 

La déclaration de l’état d’urgence donne pouvoir aux préfets de département :

– d’interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté ;

– d’instituer, par arrêté, des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé ;

– d’interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l’action des pouvoirs publics.

Le ministre de l’intérieur, pour l’ensemble du territoire, et le préfet, dans le département,  peuvent :

– ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacles, débits de boissons et lieux de réunion de toute nature ;

– interdire à titre général ou particulier les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre.

Le décret déclarant ou la loi prorogeant l’état d’urgence peuvent :

  • conférer aux autorités administratives le pouvoir d’ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit ;
  • habiliter les mêmes autorités à prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature ainsi que celui des émissions radiophoniques, des projections cinématographiques et des représentations théâtrales ;
  • donner le droit à la juridiction militaire, les tribunaux militaires, à se saisir des crimes qui relèvent normalement de la cour d’assises de ce département.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/11/14/attaques-a-paris-ce-que-veut-dire-la-declaration-d-etat-d-urgence-en-france_4809523_3224.html#qtm6qbLvcCOWhOtb.99

____________________

Comme le mentionne également la journaliste/auteur/cinéaste et militante canadienne Naomi Klein (https://www.youtube.com/watch?v=nrdSuPiTFyI) en marge du sommet de la COP21 (COP21 qui d’ailleurs, est presque une blague en soit car nous savons que les gouvernements doivent et peuvent en faire beaucoup plus que ce qu’ils offrent de faire, entre-autre choses) et d’après ses recherches et l’un de ses livres (La Stratégie du Choc – Documentaire également disponible ici https://vimeo.com/39037720), les gouvernements usent de crises et de la peur pour imposer leurs intérêts aux populations. Intérêts généralement néolibéraux/financiers. Elle cite: « Le gouvernement français avait déjà comme ambition de restreindre le droit à la protection des données personnelles. » (3). Il ne fallait rien de moins qu’un événement d’une ampleur exceptionnelle pour pouvoir modifier des lois comme celle menant au décret de l’état d’urgence, qui laisse la voie libre à l’état et à sa force répressive (militaire, policière) pour mener sa campagne de peur et de profilage politique. 

Jean-Luc Mélanchon, leader du Parti de Gauche français, déclara lundi le 30 novembre 2015 : «L’état d’urgence, c’était donc bien ça: un instrument de plus pour criminaliser les mouvements sociaux !». Il a également cité: «Tout pouvoir raffole de ces images pour montrer au peuple comme sa poigne est ferme. En fait, les dirigeants PS veulent s’approprier les symboles de l’ordre contre la chienlit. Rien de plus. Il faut donc du spectacle. Le résultat était facile à prévoir. Lorsqu’il y a un risque d’abus de pouvoir, il finit toujours par se commettre.». (4)

3. La « crise syrienne ». Rappelons-nous Roland Dumas, l’ancien ministre des affaires étrangères français, lors d’une entrevue (à regarder: https://www.youtube.com/watch?v=D55RdyopL1U) à l’émission « Ça vous regarde ». Il explique clairement que la crise syrienne fut fomentée de l’extérieur, elle était planifiée par l’Angleterre qui, par ailleurs, vient de voter pour se donner la légitimité de bombarder sur le territoire syrien tout comme la France. Pas vraiment pour combattre Daech et les dits « terroristes non modérés», car elle se donne le droit de bombarder les institutions étatiques et les villes et territoires sous contrôle du gouvernement et de l’armée syrienne (donc, les endroits où les gens ont un semblant de stabilité à travers les factions terroristes soutenues par les États-Unis, l’Angleterre et la France en vue de faire chuter le président Assad). (5)

De toute manière, pour ce dernier point, la France bombardait déjà illégalement la Syrie. Ce fut entre-autre le cas le 27 septembre 2015, lorsqu’elle a bombardée un camp d’entrainement tuant 30 personnes dont 12 enfants. (6)

Sachons que l’occident a beaucoup de rage en elle face à la Russie, car c’est la seule puissance mondiale aujourd’hui à faire de la réalpolitik. C’est aussi le seul pays à avoir réellement entreprit des mesures contre Daech, le 30 septembre 2015, à la demande de M. Assad (président syrien). C’est également le seul pays à le faire dans la légalité du droit international, par ailleurs.

Mais pour la « crise » syrienne, nous y reviendrons dans le prochain texte, car elle implique de nombreux éléments qui valent largement la peine d’être analysés en détail.

Voici donc 3 points qui ne sont non pas le résultat de l’événement du 13 novembre 2015 comme les médias traditionnels tentent de nous imposer l’idée mais tout au contraire certaines des raisons pour lesquels ils furent planifiés.

Depuis déjà de nombreuses années, la vente d’arme dans le monde est l’un des commerces les plus lucratifs. Surtout depuis les événements du 11 septembre 2001. En fait, c’est là où tout fini par avoir son sens et là où les liens se créent. La « Guerre sans fin » des étatsuniens fut planifiée avant les années 2000 et les événements du 11 septembre 2001 étaient l’entrée en matière des guerres capitalistes du siècle dans lequel nous vivons. Bush et ses acolytes lobbyistes de l’armement et de la « sécurité » avaient bien compris que la seule façon de faire rouler la machine à long terme était d’avoir un ennemi « impossible à abattre ». Ce fut ce qu’ils appelèrent le terrorisme, mais il devait être associé à une image qui divise. Donc, l’Islam, pourquoi pas. (Puis selon les débordements soulignés par M. Mélanchon en France, encore la gauche, les intellectuels et les écologistes. Mais ça, c’est une autre histoire.)

Et il devait être immortel. De facto, une religion ne peut pas « mourir ». Alors c’était l’ennemi idéal. Puis, le terrain de jeu tout aussi idéal, le Moyen-Orient. Un territoire vaste. Les plus importants champs pétrolifères de la planète. Un endroit où de multiples communautés cohabitent, donc davantage de gens à diviser. Une plus grande facilité à camoufler le commerce avec Daech. Un endroit où les puissances (Iran, Irak, Arabie Saoudite, Pakistan…), ne s’entendent pas toujours facilement donc tendent à financer les diverses factions des différents groupes et selon qu’ils soient sunnites ou chiites (7). Un endroit où les frontières n’ont pas encore de mur.

Bref, les puissances belligérantes occidentales profitent. Elles financent par nos fonds (impôts et taxes), puis regardent le spectacle tout en nous parlant d’austérité et en démantelant les institutions publiques d’ici et d’ailleurs. Ensuite, leurs lobbyistes vendent les armes, empochent. Et ils se partagent le lot entre amis. Cru, frustrant, poignant, sacrant.

Dire qu’on a cru en un monde meilleur dans les années 60. Flagrante régression d’une société dite « démocratique » en plein déclin. Cela démontre par contre une chose d’importance selon moi. Les dirigeants réalisent bien que la « révolution » du partage de l’information et de la communication dans le monde renforce les liens entre les gens et leurs désirs de connaître et de faire connaître la vérité de plus en plus. Également, que le partage de cette information peut se faire à une vitesse fulgurante. Ils doivent donc tenter de restreindre de plus en plus nos droits et ces moyens de communication pour continuer à manipuler les masses et profiter des citoyens du monde, mais ça aura certainement une fin et nous ne sommes pas dupes.

Manifestation 28 novembre 2015, Montréal.

Manifestation 28 novembre 2015, Montréal.

  1. http://www.rts.ch/info/sciences-tech/reperages-web/7260513-les-cours-des-fabricants-d-armes-en-hausse-apres-les-attentats-de-paris.html
  2. http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/11/14/attaques-a-paris-ce-que-veut-dire-la-declaration-d-etat-d-urgence-en-france_4809523_3224.html
  3. https://www.youtube.com/watch?v=nrdSuPiTFyI
  4. https://francais.rt.com/france/11352-jean-luc-melenchon-deplore-debordements-etat-urgence
  5. https://www.youtube.com/watch?v=D55RdyopL1U
  6. http://reseauinternational.net/syrie-la-france-bombarde-des-enfants/
  7. http://rattrapages-actu.fr/fiches-actu/islam-difference-entre-chiisme-et-sunnisme-0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *