Dernières heures

PIQUETS DE GRÈVE DANS LA RÉGION DE CUZCO ( CHRONIQUE VOYAGE AVEC MATT )

27 février 2014 | par Tommy Gauthier
PIQUETS DE GRÈVE DANS LA RÉGION DE CUZCO ( CHRONIQUE VOYAGE AVEC MATT )
Chronique Voyage avec Matt
0

 

Image

La « Federación Departamental de Trabajadores Cusco (FDTC) », dont le président est Wilfredo Álvarez, a organisé 48 heures de mobilisation avec divers autres groupes et organismes, se mobilisant pour montrer un élan de force contre le gouvernement de Ollanta Humala, réclamant les promesses non accomplies de ce dernier, l’inertie face à l’amélioration des conditions de vie des plus démunis, à la gestion des ressources du pays, etc.

Image

Taxi et transport en commun resteront immobiles, le centre de la ville interdit de circulation. Jusqu’à cette heure, le bilan y est de 5 arrestations et 7 blessés.

Les routes pour Arequipa et Puno sont également bloquées, ainsi que pour la Vallée Sacrée et Lima.

Image

26 février 2014

Image

Selon les estimés, environ 50 000 personnes furent présentes durant l’événement. Les transports toujours bloqués, divers discours furent prononcés par les différents groupes et organismes participant au blocage.

Image

La marche a débutée vers 13h30, peu après la tenue des discours. Elle a commencé par descendre l’Avenida del Sol, pour ensuite la remonter au Jardin Sagrado. Elle s’est dispersée après avoir emprunté la Avenida Almagro, puis s’est emportée après avoir aperçu un commerce ouvert.

Image

Lors des votes de grève, les gens ne respectant pas la décision en assemblée ne sont pas apprécié, que ce soit un commerce ouvert ou un véhicule en circulation. Étant le seul étranger, j’ai suivi une partie du groupe vers ce commerce, certains lançant des pierres vers l’intérieur de la boutique qui finalement, ferma ses portes.

Image

Quelques secondes plus tard, un homme fut pris à partie par certains manifestants, le décrivant comme un voleur. Une ambiance assez lourde fut ressentie, puis ils commencèrent à le frapper juste avant de parvenir à s’échapper du groupe d’une centaine de personnes. On m’a alors fortement conseiller de cacher mon appareil photo à multiples reprises, puis une course vers le Puente Santiago, au-dessus de la Avenida Ejército.

Image

L’homme en question réussi à se cacher dans une banque, après avoir descendu les nombreuses marches pour parvenir à cette importante avenue. La tension était forte, il était difficile du haut du pont de voir quoi que ce soit, une foule de gens s’étant ruée sur la rambarde.

À l’arrivée d’une quinzaine de policiers anti-émeute, j’en ai profité pour me frayer un chemin dans les escaliers descendant à la banque en question. L’homme fut évacué par une voiture de police, les policiers ayant formé un mur devant les portes de la banque.

Image

Et aujourd’hui, départ pour Puno!

Matt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *