juillet 2, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Après le débat sur la chasse au sanglier en France s’est heurté à la piscine publique

Un sanglier a semé la panique dans un étang public de la ville de Saint-Amand-Montrand (Cher) lorsqu’il a percuté un immeuble pour tenter d’échapper au braconnage.

L’incident, qui a eu lieu dimanche dernier (26 septembre), a relancé le débat sur le braconnage des sangliers et des animaux en France.

Personne n’a été blessé dans la piscine, mais le directeur du centre veut que les chasseurs paient pour le fait que seul le cochon qui est entré dans le bâtiment par peur des chasseurs a endommagé la porte.

« Il nous est simplement venu à l’esprit alors [the hunters] Nous ne jugeons pas nécessaire de commenter de telles fabrications », a déclaré Patrick Foucault.

« Comment organiser une chasse en direction d’un site fréquenté par le public ? C’est vraiment inacceptable et diffamatoire », a-t-il déclaré.

La piscine publique est située à l’orée de la forêt.

Le nombre de sangliers augmente en France

Le nombre de sangliers à travers l’Europe a augmenté rapidement depuis les années 1990, selon le rapport 2018 de l’European Land Owners Association.

En France, il y a 1,6 sanglier au kilomètre carré, soit plus d’un million au total, selon le rapport.

Plusieurs facteurs ont été cités pour expliquer cette augmentation : rareté des prédateurs (autres que les loups), reproduction rapide, hivers bas ou activités humaines. Ces derniers sont chassés par les sangliers vers les zones agricoles, où ils trouvent plus de nourriture.

Le changement climatique est également considéré comme un facteur, car il favorise la production de fruits sauvages tels que les glands et les châtaignes que les sangliers préfèrent.

Un autre facteur qui s’est avéré très controversé est la chasse.

READ  Le ministre israélien de la Défense partagera avec la France ses conclusions sur l'ONS | L'actualité de la cybersécurité

Eric Babette, expert en sanglier à l’Office français de la biodiversité (OFB), a déclaré que les braconniers encourageaient l’augmentation du nombre d’animaux.

« Dans les années 1960, la chasse était la base du petit gibier. Mais elle s’est effondrée, alors les chasseurs sont devenus le gros gibier. Le sanglier était une sorte de bénédiction, et les chasseurs ont fait ce qu’ils pouvaient pour augmenter la population », a-t-il déclaré. organes d’information sur l’environnement.

« Si vous excluez les grandes femmes qui sont beaucoup plus jeunes, la population augmentera plus rapidement », a-t-elle déclaré.

Dans les années 1970, environ 30 000 sangliers étaient tués chaque année, contre 800 000 aujourd’hui, écrivait le Reporter en décembre 2020.

La Fédération nationale française de chasse, la Fédération nationale des Chesapeake, le dément.

« Tous les autres facteurs, en particulier la suralimentation, ne sont pas des prédateurs pour augmenter le nombre de sangliers », note-t-il.

La chasse et les populations de sangliers en France restent des sujets très controversés, et ce phénomène récent va encore alimenter le débat.

Histoires liées :

Les villes françaises se mobilisent face à la présence de sangliers urbains

« Si ce n’est pas sûr à 100 %, ne tirez pas » : mon expérience de chasse en France