février 2, 2023

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

« Assurer la paix et la sécurité est une condition intrinsèque du développement durable (…)

M. Président,

La France félicite le Kenya pour l’organisation de cet important débat sur les synergies entre développement durable et paix à la lumière de l’Agenda 2030.

Investir dans tous les aspects du développement durable contribue à assurer une paix durable. Investir dans l’éducation, les droits des femmes, la protection du climat, la biodiversité et la santé, c’est investir dans la paix. A l’inverse, assurer la paix et la sécurité est une condition intrinsèque du développement durable. C’est pourquoi l’ensemble du système des Nations Unies doit travailler ensemble : le Conseil de sécurité, l’Assemblée générale, les organisations, fonds et programmes, et tous les partenaires de développement.

Je voudrais souligner trois points :

En premier lieu, la France se félicite du développement des activités de la Commission de consolidation de la paix ces dernières années. Son rôle est essentiel pour comprendre les causes d’un conflit, écouter tous les acteurs et préparer des solutions pérennes à la crise. Sa force réside dans le rapprochement des différentes instances des Nations Unies, des États, de la société civile et des organisations régionales. Son travail promeut le rôle des femmes et des jeunes dans les processus de consolidation de la paix.

La France est convaincue que la valeur ajoutée de la Commission de consolidation de la paix réside dans l’accompagnement des contextes de transition et de post-conflit. Elle doit accompagner la préparation du retrait des opérations de maintien de la paix en mobilisant les agences, fonds et programmes onusiens et tous les partenaires au développement. Ensemble, nous pouvons aussi faire plus pour rendre le travail de la Commission plus opérationnel.

READ  30 Best Housse Protection Barbecue pour vous

Deuxièmement, les opérations de maintien de la paix multidimensionnelles répondent à des défis majeurs dans des pays où les structures étatiques ont parfois disparu. Un défi important de la transition est d’encourager le renforcement du lien entre les opérations de maintien de la paix et les équipes de pays. Ce sont eux qui prennent le relais, le moment venu, pour mener des actions de consolidation de la paix, assurant une transition vers des programmes de développement. Le développement des activités des équipes de pays doit être anticipé bien avant les retraits des opérations. En République démocratique du Congo, le Conseil de sécurité soutient le plan de transition en cours, qui assure une présence renforcée du PNUD dans les provinces dont la MONUSCO s’est retirée. Une transition efficace doit aussi être préparée en multipliant les programmes conjoints. Les agences, fonds et programmes doivent être dotés de moyens financiers pour prendre le relais des opérations de paix.

Enfin, la transition vers une paix durable nécessite également un financement plus prévisible pour la consolidation de la paix. Le Fonds pour la consolidation de la paix a prouvé sa capacité à catalyser le financement, à soutenir une réponse intégrée des Nations Unies et à travailler avec tous les acteurs. Son action doit se poursuivre pour accompagner les situations d’après-crise, notamment en Afrique. Nous sommes favorables à un financement durable et à long terme de la consolidation de la paix. C’est pourquoi la France a cette année encore augmenté sa contribution au Fonds pour la consolidation de la paix à 6,5 millions de dollars et figure désormais parmi ses premiers contributeurs. La France a également lancé en 2017 le Fonds Minka pour la paix et la résilience, doté de 200 millions d’euros par an, qui permet à l’Agence française de développement de mettre en œuvre des projets de sortie de crise au Sahel, dans les pays du bassin du lac Tchad et au Moyen-Orient.

READ  Un baiser sur la tête apportera-t-il la victoire à Emmanuel Macron ? | Emmanuel Macron

Merci monsieur. Président.