mai 26, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Deliveroo reconnu coupable d’avoir abusé des droits des passagers en France

PARIS, 19 avril (Reuters) – Deux anciens patrons de Deliveroo (ROO.L) ont été condamnés mardi à un an de prison avec sursis et à une amende de 30 000 euros (32 380 dollars) par un tribunal français pour avoir abusé du statut d’indépendant de coureurs travaillant pour le Plate-forme britannique de livraison à emporter.

L’entreprise a également été condamnée à une amende maximale de 375 000 euros et devra publier la décision de justice sur la page d’accueil française de Deliveroo pendant un mois.

La décision pourrait se répercuter en dehors de la France, car l’économie des concerts, fondée en grande partie sur les applications numériques et les travailleurs indépendants, fait face à un certain nombre de contestations judiciaires susceptibles de redéfinir les conditions de travail.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

L’enquête administrative, qui a passé en revue une période s’étendant de 2015 à 2017, et les audiences qui ont suivi ont montré que Deliveroo avait imposé une surveillance et un contrôle quasi permanents sur le travail des coureurs pendant qu’ils étaient connectés, a précisé la juge Sylvie Daunis.

Cela comprenait l’attribution de longs créneaux horaires aux coureurs pour s’assurer que Deliveroo avait autant de personnes que possible à portée de main pendant le week-end, et dire aux conducteurs qui refusaient qu’ils ne seraient pas autorisés à travailler pour la plate-forme les semaines suivantes, par exemple.

Même si les coureurs étaient indépendants, le tribunal a également constaté que Deliveroo avait modifié unilatéralement les critères selon lesquels les augmentations de salaire étaient définies ou le temps minimum nécessaire pour être en ligne pour se qualifier en tant que coureur.

READ  La France dit qu'il y a un risque d'invasion en Ukraine, mais aucun dirigeant ne le sait avec certitude

« Cet ensemble d’éléments caractérise une situation de subordination juridique quasi permanente », a déclaré Daunis, faisant référence à un élément clé qui définit le statut de salarié en France.

Les actions de Deliveroo, qui ont perdu plus de 70 % de leur valeur depuis leur cotation à 390 pence en mars 2021, se négociaient en baisse de 6,5 % à 106,5 pence mardi.

Deliveroo a déclaré dans un communiqué qu’il « contestait catégoriquement » la décision du tribunal français et envisageait de faire appel. Il maintiendra ses opérations sur le marché français, a-t-il ajouté.

Son communiqué indique que la décision du tribunal faisait référence à une première version de son modèle de fonctionnement et n’avait aucune conséquence sur la façon dont il fonctionne aujourd’hui.

« Notre modèle a depuis évolué afin d’être plus en phase avec les attentes de nos partenaires livreurs, qui souhaitent rester indépendants… Deliveroo continuera à fonctionner avec un modèle qui offre à ces prestataires indépendants un business flexible et bien rémunéré, « La société a déclaré.

D’anciens coureurs ont poursuivi Deliveroo pour abus présumé de leur statut de freelance et affirment que l’entreprise aurait dû les embaucher en tant qu’employés.

En droit français, le statut de salarié ouvre des droits, notamment des allocations de chômage, des cotisations de sécurité sociale et de retraite.

Deliveroo s’est retiré d’Espagne l’année dernière après que le gouvernement a déclaré que les entreprises de livraison de nourriture devaient employer leurs coursiers. La société britannique a déclaré vouloir concentrer ses investissements sur d’autres marchés où elle avait ou pouvait atteindre une position de leader.

READ  L'ex-PDG de Nicolas Sarkozy emprisonné pour fraude électorale La France

(1 $ = 0,9268 euros)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Mathieu Rosemain à Paris, reportage complémentaire de Paul Sandle à Londres ; Montage par GV De Clercq, Barbara Lewis et Susan Fenton

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.