décembre 10, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

« Douleur silencieuse » des Algériens relégués par la France dans le Pacifique

Nouméa (AFP) – À l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie vis-à-vis de la France, les descendants des Nord-Africains déportés vers le territoire pacifique de la Nouvelle-Calédonie se souviennent de la « douleur silencieuse » de leurs ancêtres.

Entre 1864 et 1897, alors que les troupes coloniales françaises traversent l’Algérie, 2 100 personnes sont jugées par des tribunaux spéciaux ou militaires et déportées.

Ils ont été envoyés enchaînés à environ 18 500 kilomètres (11 500 miles) à l’autre bout du monde, dans une colonie pénitentiaire de l’archipel pacifique de la Nouvelle-Calédonie.

Les îles bordées de palmiers à l’est de l’Australie sont l’un des plus grands territoires d’outre-mer français.

« Le nombre de morts, dont les corps ont été jetés par-dessus bord, lors de la traversée, reste inconnu », a déclaré Taieb Aifa, dont le père faisait partie du dernier convoi de forçats achetés à la colonie en 1898.

Ceux qui ont survécu au dur voyage sont devenus connus sous le nom de « chapeaux de paille » – un clin d’œil au couvre-chef des condamnés alors qu’ils travaillaient sous un soleil de plomb.

Aujourd’hui, leurs descendants disent que si grande est la douleur, l’histoire doit être « presque appréciée d’eux », a déclaré Aifa à l’AFP.

Aifa a décrit un voyage de cinq mois dans les îles, au cours duquel des condamnés ont été « enchaînés dans les cales » des navires.

Pendant de nombreuses années, même parler de l’histoire de ses ancêtres était tabou.

« Une loi du silence régnait dans les familles des déportés », a déclaré Aifa, 89 ans, désormais considéré comme un pilier de la « communauté arabe » de Nouvelle-Calédonie après avoir été maire de la petite ville de Bourail pendant 30 ans.

READ  L'OMS affirme que l'épidémie est "loin d'être aussi bonne" dans les cas signalés en France et en Allemagne

– Colonisé ‘devenu colonisateur’ –

Le père d’Aifa a été condamné à 25 ans pour avoir combattu l’armée française à Sétif, dans l’est de l’Algérie.

« De colonisés en Algérie, ils sont devenus des colonisateurs… Sur des terres confisquées aux Kanaks », a-t-il dit, faisant référence aux habitants indigènes de Nouvelle-Calédonie.

« En Nouvelle-Calédonie, l’État français a cherché, comme en Algérie, à créer une colonie », a déclaré Aifa.

Christophe Sand, archéologue au Centre de recherche IRD de Nouméa, qui est aussi descendant de bagnards, a déclaré que « les déportés se sont transformés en colons ».

Alors que certains bagnards français ont pu plus tard amener leurs femmes, cela a été interdit aux Algériens.

Les condamnés à plus de huit ans de prison – la majorité – n’ont pas été autorisés à retourner en Algérie après leur condamnation, a déclaré Sand.

Le port d’Alger en août 1962, un mois après l’indépendance de l’Algérie vis-à-vis de la France – AFP / Dossier

« Ce processus a dû abandonner 3 000 à 5 000 orphelins en Algérie », a-t-il déclaré.

Maurice Sotirio, le petit-fils d’un condamné de Constantine dans le nord-est de l’Algérie, a décrit le traumatisme déchirant du passé de sa famille.

« Mon grand-père a laissé deux enfants en Algérie qu’il n’a jamais revus », a déclaré Sotirio.

La souffrance a continué même dans la liberté.

En Nouvelle-Calédonie, les Algériens étaient des citoyens de seconde classe puisqu’ils ne parlaient souvent pas le français, mais l’arabe ou le berbère, a déclaré Sand.

Leurs enfants ont souffert de la stigmatisation et seules quelques familles ont conservé leurs origines.

A la fin des années 1960, les descendants se regroupent pour former une association, les « Arabes et amis des Arabes de Nouvelle-Calédonie ».

READ  30 Best Regulateur De Pression Eau pour vous

Les îles – ainsi appelées parce qu’un marin britannique pensait qu’elles ressemblaient à l’Ecosse – sont un territoire français depuis 1853.

Aujourd’hui, elles comptent environ 270 000 habitants, avec comme piliers de l’économie la production de métaux, notamment de nickel, dont la Nouvelle-Calédonie est un important producteur mondial.

L’Algérie, que Paris considérait comme faisant partie intégrante de la France, marque cette année six décennies depuis son indépendance en 1962 à la suite d’une guerre dévastatrice de huit ans.

‘Processus de guérison’

En 2006, Aifa effectue son premier voyage en Algérie.

Il a dit que la visite était comme « ramener son père qui, comme d’autres Arabes, avait souffert de ne pas pouvoir revenir et mourir dans son pays natal ».

Aifa, tout en étant fier de son héritage calédonien, célèbre également ses racines en Algérie.

« Je suis aussi algérien, j’ai un lien avec l’Algérie, la famille, la terre… J’ai réussi à obtenir mes papiers algériens il y a 20 ans », a-t-il déclaré.

Sand, qui s’est également rendu en Algérie avec deux autres descendants, a déclaré qu’il avait l’impression de « porter son ancêtre sur ses épaules » pendant le vol.

Des Algériens marchent près de la Porte d'Alger le 2 juillet 1958 au Fort National en Kabylie, région d'origine ancestrale de Christophe Sand qui est issu de bagnards algériens déportés en Nouvelle-Calédonie
Des Algériens marchent près de la Porte d’Alger le 2 juillet 1958 au Fort National en Kabylie, région d’origine ancestrale de Christophe Sand qui est issu de bagnards algériens déportés en Nouvelle-Calédonie – AFP / Dossier

« Quand j’ai vu, par le hublot, le port d’Alger, où mon arrière-grand-père et ses compagnons avaient été jetés dans la cale, j’ai eu envie de crier », raconte-t-il.

Arrivé à sa maison ancestrale dans le village d’Agraradj dans la région du nord de la Kabylie, il se pencha pour toucher la terre.

READ  Luis Enrique : Personnellement, la France est la meilleure équipe du monde

« J’ai senti que le poids symbolique que j’avais sur les épaules depuis le début du voyage avait disparu », a-t-il déclaré. « J’ai ramené son esprit exilé à l’endroit où il est né ».

Pour Sand, il faut passer par « ce processus de guérison, de fermeture de porte » pour « construire un avenir » en Nouvelle-Calédonie.

« Guérir du traumatisme de l’exil permet aux Calédoniens que nous sommes aujourd’hui de se projeter dans l’avenir, sans rester prisonniers du passé », a déclaré Sand.