mai 26, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Emmanuel Macron s’engage à accélérer les réformes de l’aide sociale s’il est réélu | La France

Emmanuel Macron s’est engagé à intensifier sa refonte de l’État-providence, du système fiscal et du marché du travail français s’il remporte un second mandat présidentiel le mois prochain, arguant que transformer la société française protégerait les gens en temps de crise alors que la guerre en Ukraine marque « un retour de la tragédie dans l’histoire ».

Le leader centriste de 44 ans a augmenté dans les sondages depuis l’invasion de la Russie et est clairement le favori pour remporter les élections d’avril – ce qui ferait de lui le premier président français à être réélu en 20 ans. Mais il subit la pression des opposants pour expliquer sa politique économique et sociale.

« Nous sommes à un point de basculement où nous pouvons faire une réelle différence », a déclaré Macron lors d’une conférence de presse de quatre heures dans un ancien entrepôt de la banlieue nord de Paris, mettant en garde contre un mélange de crises mondiales dont l’Ukraine, la pandémie de Covid, Le changement climatique et les défis de l’autosuffisance agricole.

Macron s’est engagé à accélérer ses changements dans l’État-providence et le système de prestations, en relevant l’âge de la retraite et en continuant à réduire les impôts des entreprises et des ménages. Écartant le potentiel de manifestations de rue généralisées, il a déclaré que les gens devaient «travailler plus longtemps» afin de protéger le généreux système de retraite français.

Bien que Macron ait été stimulé par sa stature sur la scène internationale, les électeurs sont aux prises avec une crise du coût de la vie et les sondeurs craignent que l’abstention ne soit significative si l’élection est considérée comme une fatalité.

Macron a déclaré que s’il était réélu, il agirait rapidement pour mener à bien la refonte des retraites qu’il n’avait pas réussi à mettre en place dans son mandat actuel. Il augmenterait progressivement l’âge de la retraite de 62 à 65 ans, l’alignant sur des pays comme le Royaume-Uni et l’Allemagne, tout en fixant un taux de retraite minimum à 1 100 € par mois. Il dit avoir « tiré les leçons » de ses difficultés passées.

En 2019, la refonte des retraites proposée par Macron a déclenché des manifestations qui ont duré plus longtemps que n’importe quelle grève depuis les arrêts de travail sauvages de 1968, et les mesures ont été suspendues pendant la pandémie.

Macron a déclaré qu’il remanierait également radicalement le système d’indemnisation du chômage pour inciter les gens à retourner au travail. Il s’agirait notamment d’exiger des chômeurs qu’ils effectuent 15 à 20 heures de travail ou de formation par semaine. Dans un autre changement politiquement risqué, toutes les prestations sociales – pour le chômage, le logement ou la garde d’enfants – seraient centralisées dans un système unique, touchant jusqu’à 20 millions de personnes.

« C’est tout à fait normal, surtout quand on considère l’état des caisses publiques, qu’on travaille plus », a-t-il dit.

Macron a gagné cinq à six points dans les sondages d’opinion au cours du mois dernier et devance largement l’extrême droite Marine Le Pen, qui occupe actuellement la deuxième place. Il est le favori pour remporter le premier tour le 10 avril par une large marge. Mais on ne sait pas quel candidat l’affrontera lors du tour final le 24 avril.

Le Pen est devancé dans les sondages par trois candidats : la challenger de droite Valérie Pécresse, l’ancien pundit TV d’extrême droite Éric Zemmour et l’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, dont la campagne monte en puissance. Les sondages montrent que Macron les bat tous.

Malgré cela, Macron reste une figure de division en France. Lorsqu’il est arrivé au pouvoir il y a cinq ans, c’était un ancien banquier qui avait été ministre de l’Économie sous la gauche et avait promis un nouveau type de politique centriste « pragmatique » qui, selon lui, libéraliserait l’économie. Il a assoupli les lois du travail strictes, mais ses mesures favorables aux entreprises – réduire les impôts sur les sociétés et transformer l’impôt sur la fortune en impôt foncier – l’ont rapidement conduit à être qualifié de « président des riches », une étiquette dont il a eu du mal à se débarrasser.

Son programme de réforme a été frappé par deux crises majeures. Premièrement les gilets jaunes mouvement de protestation contre les prix du carburant qui s’est transformé en révolte anti-gouvernementale. Puis la pandémie de Covid, qui a fait plus de 138 000 morts en France et mis à nu le service de santé. En réponse, Macron s’est tourné vers l’interventionnisme de l’État et les vastes dépenses publiques. Il se vantait de « nationaliser les salaires » pour maintenir le pays à flot.

Macron fait maintenant face à des accusations de critiques, dont Gérard Larcher, le chef de droite du Sénat, selon lesquelles il pourrait être réélu trop facilement. Larcher a déclaré que Macron pourrait être réélu « sans jamais avoir vraiment été candidat, sans campagne, sans débat, sans compétition d’idées », laissant des questions sur son mandat de gouverner lors d’un second mandat.

Macron a écarté avec colère les commentaires de Larcher et a maintenu son bilan au pouvoir. « J’ai promis une baisse du chômage… malgré les crises, nous l’avons fait », a-t-il déclaré, ajoutant que s’il était réélu, son objectif était d’éliminer complètement le chômage.

Il a également déclaré que la France pourrait être l’un des premiers pays à se sevrer des combustibles fossiles et qu’il souhaitait construire un « métaverse européen » pour concurrencer les entreprises technologiques américaines et rendre l’Europe plus indépendante. Il a promis une plus grande protection des enfants en ligne en renforçant la régulation des réseaux sociaux, et une consultation sur les évolutions des systèmes d’éducation et de santé.

READ  30 Best Tabouret Salle De Bain pour vous