mai 26, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

En France, le film « Happening » présente des femmes partageant des histoires d’avortement

L’acteur principal, Anamaria Vartolomei, était inconnu et les producteurs s’inquiétaient du potentiel du film au box-office. Pourtant, il y avait d’autres raisons à leur manque d’intérêt, a déclaré Diwan: « Dans plusieurs cas, nous avons clairement senti que certains d’entre eux étaient anti-avortement. »

Même après avoir travaillé sur « Happening » pendant trois ans, Diwan n’était pas sûre d’être prête à parler publiquement de son propre avortement. Elle n’a été convaincue de le faire qu’après qu’Anna Mouglalis, qui joue la sévère avorteuse du film, ait mentionné la sienne lors d’une conférence de presse à la Mostra de Venise. Diwan a déclaré avoir réalisé que « les vestiges de cette honte avaient toujours un effet sur moi ».

Mouglalis, une actrice française bien connue et militante des droits des femmes qui était l’une des contributrices à l’histoire de la couverture de Causette, a déclaré dans une interview que le rôle de l’avorteuse dans « Happening » lui a immédiatement semblé important. L’avortement était un sujet de conversation très tôt dans sa famille, dit-elle, parce que son grand-père maternel, un infirmier, l’avait pratiqué illégalement pour aider les femmes.

Mouglalis a fait des recherches approfondies avant le tournage. Elle a apporté « une collection de spéculums » avec elle sur le plateau, a-t-elle dit, après avoir recherché de véritables instruments d’époque. Déterminer lesquels étaient utilisés à l’époque et comment a demandé « une quantité de travail ridicule », a déclaré Diwan, car les avortements illégaux sont si rarement représentés dans les médias et ils n’ont pas été enregistrés.

La scène qui en résulte dans « Happening », qui a été filmée en un seul plan de quatre minutes, n’est pas tout à fait fidèle à la réalité, mais les gestes de Mouglalis sont soigneusement chorégraphiés pour se rapprocher d’une procédure réelle. « Je voulais rendre hommage à ces femmes qui existent encore, partout », a-t-elle déclaré, soulignant que dans de nombreux pays où la procédure est illégale, des avortements ont toujours lieu.

READ  La France avertit l'Ukraine de ne pas se faire "d'illusions" sur une adhésion rapide à l'UE "Il faut être honnête" | Monde | Nouvelles