novembre 27, 2021

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

France News : Emmanuel Macron choque le référendum – La Nouvelle-Calédonie pourrait se diviser | Monde | Nouvelles

Le président a été vivement critiqué pour “un silence assourdissant” sur le prochain référendum sur l’indépendance de l’archipel français de Nouvelle-Calédonie. L’un de ses deux partis indépendantistes a promis de boycotter le référendum – et a averti que des troubles intérieurs pourraient s’ensuivre s’il ne se produisait pas.

Située dans le Pacifique Sud, la collection de dizaines d’îles est un monument du passé impérial de la France.

Bien que disposant de ressources naturelles très limitées, son emplacement privilégié est considéré comme inestimable pour la France – surtout en septembre lorsque sa fierté a été ternie par l’abus de l’accord d’Aukus pour fournir des sous-marins nucléaires à l’Australie.

Commentant le référendum, l’homme politique français Eric Ciotti représente le premier tome du Alps-Maritime Times à l’Assemblée nationale depuis 2007 : « Dans un mois, la Nouvelle-Calédonie sera la langue française. L’influence française dans la région Indo-Pacifique est en danger. !”

Malgré le désir de maintenir la souveraineté française, il existe un groupe considérable de personnes cherchant l’indépendance dans les îles.

Lire la suite : “Napoléon Macron” se moque du changement bleu marine sur le drapeau français

Mais la branche indépendantiste du FLNKS a appelé à un report en raison de l’épidémie du gouvernement-19.

Le gouvernement de M. Macron a jusqu’à présent refusé, annonçant que le panel boycotterait le vote.

Dans un communiqué, le parti séparatiste a déclaré : “(C’est) une déclaration de guerre véritable contre le peuple kanak.

« Cette décision injuste est une provocation politique.

« Avant les accords de Matignon (1988) et de Nouméa (1998), cela nous ramenait au premier niveau et minait la possibilité d’un dialogue sur l’avenir du pays.

READ  La huitième équipe d'Escrime-France établit un record en remportant l'or au fleuret

Son chef, Paul Néaoutyine, chef de la province Nord, a prévenu que “l’obstination de l’Etat (…) va conduire à une situation tendue qui menace la paix intérieure”.

En réponse, le haut-commissaire des îles, Patrice Farrell, a annoncé vendredi dernier que le gouvernement s’en tenait à la date initiale.

Il a déclaré que la propagation du gouvernement était “contrôlée”.

Pendant ce temps, les partis fidèles exigent de respecter la date prévue.

Le ministre français des Affaires étrangères Sébastien Livourne a déclaré à Europe 1 que “la non-participation à la démocratie est un droit” mais qu’elle n’aura pas “d’impact juridique”.

“La non-participation (…) ne l’empêche pas d’être légale au sens juridique du terme”, a-t-il souligné.

Rapport supplémentaire de Maria Ortega