décembre 6, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

La BCE annonce des hausses de taux malgré l’opposition de la France et de l’Italie

Commentaire

PARIS — La Banque centrale européenne annoncé une autre hausse majeure des taux d’intérêt jeudi, cherchant à réprimer la flambée de l’inflation malgré l’opposition politique virulente de certaines des plus grandes économies de la zone euro et leurs inquiétudes quant à l’impact sur la croissance.

L’annonce d’une hausse de trois quarts de point de pourcentage était « d’une importance cruciale », a déclaré Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne. Mais les analystes craignent que cela ne fasse pas grand-chose pour aider. Une grande partie du problème est liée à la hausse des prix de l’énergie, largement déclenchée par la décision du président russe Vladimir Poutine de limiter l’approvisionnement en gaz naturel des clients européens.

L’inflation dans la zone euro a atteint 9,9% en septembre, contre 9,1% en août, bien au-dessus de l’objectif annuel de stabilité des prix de 2% de la BCE. « L’inflation reste beaucoup trop élevée », a déclaré la BCE dans un communiqué de presse jeudi.

La Banque centrale européenne relève ses taux pour lutter contre l’inflation, malgré les risques de ralentissement

Les banquiers centraux européens craignent que s’ils n’agissent pas, les anticipations d’une hausse de l’inflation s’intègrent dans la planification des consommateurs et des entreprises et deviennent une prophétie auto-réalisatrice. Ainsi, la BCE a relevé ses taux pour ralentir l’économie alors même que la zone euro semble se diriger vers une récession et que l’activité des entreprises a ralenti plus rapidement que prévu ces dernières semaines.

Même après la décision de jeudi, une future hausse des taux est probable, a déclaré la BCE.

READ  Mundolinguwa - Paris, France - Atlas Obscura

Le taux de dépôt de la BCE était négatif aussi récemment qu’en juillet, avant que la banque ne mette en œuvre sa première hausse de taux en 11 ans. Le mois dernier, lors de sa plus forte hausse jamais enregistrée, elle a relevé ses taux de trois quarts de point de pourcentage.

La hausse de jeudi, qui est aussi élevée que celle du mois dernier et porte le principal taux de dépôt à 1,5%, fait des derniers mois le « cycle de hausse le plus marqué et le plus agressif de tous les temps », selon Carsten Brzeski, économiste en chef à la banque ING Allemagne.

Mais l’inflation que la BCE cherche à combattre affecte les pays européens à des degrés divers. Dans la petite Estonie, il oscille autour de 24 %, tandis qu’en France, les prix augmentent à un taux annuel d’environ 6 % seulement.

La France a dépensé beaucoup d’argent au cours des derniers mois pour limiter les hausses des prix de l’énergie et limiter l’inflation, et le président Emmanuel Macron a été parmi les critiques les plus virulents d’une hausse des taux. Dans un entretien publié la semaine dernière, il s’est dit « inquiet de voir de nombreux experts et certains acteurs de la politique monétaire européenne nous expliquer qu’il fallait casser la demande européenne pour mieux contenir l’inflation ».

« Contrairement aux Etats-Unis, nous ne sommes pas dans une situation de surchauffe européenne », a déclaré Emmanuel Macron au journal économique Les Echos.

Le nouveau Premier ministre italien, Giorgia Meloni, qui regarde aussi augmentation des dépenses publiques pour faire face à la crise énergétique, a déclaré qu’une hausse des taux d’intérêt serait un « Choix irréfléchi. »

READ  De l'Ukraine à la France en passant par le Somerset : comment ce village a « serré les bras » autour d'une famille ukrainienne

Lors de sa conférence de presse jeudi, Lagarde a refusé de commenter directement les critiques de Meloni, mais elle a défendu la hausse de la BCE, affirmant que « notre mandat est la stabilité des prix, et nous devons y parvenir en utilisant tous les outils dont nous disposons »..« 

Dans les coulisses, cependant, les désaccords ont peut-être eu un impact. « Malgré la hausse énorme, la communication est devenue plus prudente », a écrit Marco Valli, responsable mondial de la recherche chez UniCredit, dans une note après la conférence de presse de Lagarde. Valli a cité l’analyse de la BCE selon laquelle elle avait déjà fait des « progrès substantiels », ce qui pourrait suggérer que les futures hausses de taux pourraient être inférieures à ce que certains craignaient. « Cela semble refléter les inquiétudes croissantes concernant les perspectives de croissance, qui se sont assombries plus et plus rapidement que ne l’avait prévu la BCE », a écrit Valli.

Au-dessus des différends entre les dirigeants de l’UE et la BCE se profile au moins en partie la révolte des marchés financiers suscitée par les propositions de politique économique du mois dernier de la première ministre britannique de l’époque, Liz Truss. Elle avait prévu d’utiliser l’argent emprunté pour payer des réductions d’impôts tout en dépensant lourdement pour protéger les consommateurs de la flambée des factures d’énergie. Mais en réponse, la livre sterling est tombée à un plus bas historique face au dollar américain.

En anticipation de la hausse des taux de la BCE, l’indice européen STOXX 600 a chuté à l’ouverture des actions jeudi. Les pertes ont toutefois été limitées, ce que les analystes ont attribué au fait que les marchés avaient déjà pris en compte une hausse substantielle des taux.

READ  30 Best Carnet De Notes Spirale pour vous

La dernière action de la BCE fait partie de la plus vaste campagne de hausses de taux par les banques centrales depuis la fin des années 1990, selon Citibank. L’assouplissement des restrictions sur les activités commerciales de l’ère de la pandémie – couplé à la hausse des prix des denrées alimentaires et du carburant résultant de la guerre en Ukraine – a fait grimper les prix aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en Europe et dans des dizaines de pays en développement.

Le principal taux de dépôt de la BCE pourrait culminer au début de l’année prochaine à 3%, contre 1,5% actuellement, a écrit mercredi Jack Allen-Reynolds, économiste senior Europe chez Capital Economics à Londres, dans une note client. D’autres analystes s’attendent à ce que le taux culmine un peu plus bas, autour de 2,25 %.

Cette année, la BCE est à la traîne de la Réserve fédérale, qui a relevé son taux directeur de trois points de pourcentage depuis mars et devrait annoncer une augmentation supplémentaire importante lors de sa réunion du 1er novembre. 1-2 réunions.

Lynch a rapporté de Washington.