juillet 6, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

La France a ordonné l’arrestation d’une Japonaise pour avoir enlevé ses parents

Un tribunal de Paris a émis un mandat d’arrêt international contre l’épouse japonaise d’un homme japonais qui aurait fui avec ses deux enfants et refusé de leur permettre de lui rendre visite.

Vincent Fichod, un Français de 39 ans, a fait la une des journaux lorsqu’il a entamé une grève de la faim près du stade national avant les Jeux olympiques d’été de Tokyo, ce que la police japonaise n’a pas pris au sérieux. Le président français Emmanuel Macron a discuté de la question avec le Premier ministre de l’époque, Yoshihide Suu Kyi, lors d’une visite au Japon pour les Jeux.

C’est l’un des nombreux cas impliquant des conjoints japonais. Mais il est inhabituel qu’une telle affaire ait donné lieu à l’émission d’un mandat d’arrêt.

Le 26 novembre 2021, l’ambassadrice de l’UE au Japon Patricia Flor (anciennement L) a rencontré l’ancien ministre de l’Éducation Masahiko Shibayama (Fur R) pour discuter des problèmes d’enlèvement parental à Tokyo. (Kyoto)

Le Parlement européen a adopté l’année dernière une résolution disant que les citoyens de l’UE devraient permettre au Japon de regarder leurs enfants être sauvés de leurs homologues japonais.

Dans l’affaire Fichot, deux enfants – un garçon de 6 ans et une fille de 4 ans – ont été emmenés pour la première fois au domicile du couple à Tokyo en août 2018, selon des documents déposés au sujet de l’acte d’accusation. Le père n’a pas été autorisé à les voir depuis.

Les autorités françaises ont déclaré qu’elles avaient le pouvoir d’enquêter sur l’affaire parce que les enfants étaient français avec la nationalité japonaise.

READ  Renault et Nissan font face à une action en justice en France pour un problème de moteur

Fichod, qui vit toujours à Tokyo, a signalé la situation à la police au préalable. Mais ils n’ont pas ouvert d’enquête et, selon des sources, ont déclaré qu’il était rare qu’une femme s’enfuie de chez elle avec ses enfants.

Comme les deux pays n’ont pas d’accord sur l’extradition des suspects, on ne sait pas si la partie japonaise coopérera avec les enquêteurs français.