mai 26, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

La France ouvre un dossier de torture contre le chef émirati d’Interpol

Les autorités françaises ont ouvert un dossier contre le président d’Interpol Ahmed Nasser al-Raisi des Émirats arabes unis pour des accusations de torture et de détention arbitraire par deux Britanniques détenus dans le pays.

Le président d’Interpol Ahmed Nasser al-Raisi des Émirats arabes unis fera l’objet d’une enquête des autorités françaises sur des allégations de torture [Getty]

Les autorités françaises ont ouvert une enquête contre le président d’Interpol Ahmed Nasser al-Raisi des Émirats arabes unis pour des accusations de torture et de détention arbitraire par deux Britanniques détenus dans le pays, a déclaré une source proche de l’enquête. AFP mercredi.

L’affaire de complicité présumée de torture par le haut responsable émirati a été confirmée par le parquet antiterroriste français (PNAT), qui l’a transmise à un juge d’instruction qui va maintenant décider de porter plainte.

Les deux Britanniques, Matthew Hedges et Ali Issa Ahmad, accusent al-Raisi d’avoir la responsabilité ultime – en tant que haut responsable de la sécurité du ministère de l’Intérieur – de la torture et de la détention arbitraire qu’ils disent avoir subies aux Émirats arabes unis.

Les Émirats arabes unis ont torturé d’innombrables militants des droits de l’homme et autres détenus, ont déclaré des groupes de défense des droits de l’homme.

La source a déclaré que le juge d’instruction doit également décider si al-Raisi, qui a été élu président d’Interpol en novembre, bénéficie de l’immunité diplomatique contre les poursuites en France.

READ  Le français TotalEnergies renonce à ses contrats d'approvisionnement en pétrole russe

Les Britanniques ont porté plainte en vertu du principe de compétence universelle de la France, qui lui permet de poursuivre des crimes graves même s’ils sont commis sur un sol étranger.

Cela signifie qu’al-Raisi pourrait potentiellement être détenu pour interrogatoire s’il se rend dans le pays. Le siège d’Interpol se trouve à Lyon, dans le sud-est de la France.

On pense qu’il s’est rendu à Lyon plusieurs fois depuis janvier.

L’affaire contre al-Raisi, ouverte fin mars, va plus loin que l’enquête sur la torture ouverte contre lui par les procureurs français en novembre, concernant la détention du militant pro-démocratie des EAU Ahmed Mansoor.

À l’époque, le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis avait rejeté les plaintes concernant les conditions de détention de Mansoor comme « sans fondement ».

Mansoor a été condamné à 10 ans de prison en 2018, accusé d’avoir diffusé de fausses informations dans des publications sur les réseaux sociaux – un verdict qui, selon les militants, a montré qu’il n’y avait pas d’espace pour la liberté d’expression aux Émirats arabes unis.

Des groupes de défense des droits de l’homme et des militants ont souligné les conditions atroces auxquelles il a été soumis en détention, notamment l’isolement cellulaire et la privation des produits de première nécessité.

Dans la dernière affaire en date, l’enquête est désormais entre les mains d’un juge d’instruction, une étape qui précède toute mise en accusation.

Contacté par AFPl’ambassade des Émirats arabes unis à Paris s’est refusée à tout commentaire.

Les deux plaignants étaient mercredi à Paris pour témoigner devant le juge d’instruction.

READ  30 Best Stickers Muraux Oiseaux pour vous

Hedges, un universitaire spécialisé dans les Émirats arabes unis, dit avoir été détenu et torturé dans le pays de mai à novembre 2018 après avoir été arrêté pour espionnage lors d’un voyage d’études.

Lors d’une conférence de presse à Lyon en octobre dernier, il avait affirmé avoir été contraint de faire de faux aveux qui l’ont conduit à une peine de prison à vie avant sa libération sous la pression internationale menée par le Royaume-Uni.

Ahmad, quant à lui, dit avoir été battu à plusieurs reprises et même poignardé pendant un mois de détention en janvier 2019, prétendument pour avoir soutenu avec enthousiasme le rival des Émirats arabes unis dans le Golfe, le Qatar, lors d’un affrontement de football.

Dans un communiqué, Hedges a déclaré que c’était un « véritable moment de fierté » de témoigner devant le magistrat des tortures qu’il dit avoir subies.

« Compte tenu du bilan des droits de l’homme aux EAU, il était incroyable qu’al-Raisi ait même été élu président. La torture que moi-même, Ali et d’innombrables autres personnes aux EAU ont malheureusement subie est la norme aux EAU », a-t-il déclaré.

Ahmad a déclaré: « Tant de fois j’ai perdu espoir qu’al-Raisi et tous les autres hommes qui m’ont fait cela s’en tireraient en toute impunité, mais aujourd’hui est une bonne journée. »

Ils ont également engagé une action en justice contre al-Raisi en Norvège, en Suède et en Turquie.

Le mandat de quatre ans d’Al-Raisi à Interpol est en grande partie cérémoniel, le secrétaire général Juergen Stock s’occupant de la gestion quotidienne de l’organisation.

READ  Règles de voyage de Pâques: conditions d'entrée pour les principales destinations, notamment l'Espagne, la Grèce, la France et le Portugal

Sa candidature au poste d’Interpol a provoqué un tollé de la part des militants, qui ont souligné le généreux financement qu’Interpol reçoit des Émirats arabes unis.