février 3, 2023

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

La France retirera des troupes du Burkina Faso d’ici un mois (ministère)

La France a reçu une demande du Burkina Faso dirigé par la junte pour retirer ses troupes du pays du Sahel et le fera dans un mois, a annoncé mercredi le ministère des Affaires étrangères.

« Mardi (…) nous avons officiellement reçu du gouvernement burkinabè la notification de la résiliation de l’accord de 2018 sur le statut des forces armées françaises présentes dans le pays », a déclaré une porte-parole du ministère.

« Selon les termes de l’accord, la résiliation prend effet un mois après réception de la notification écrite. Nous respecterons les termes de l’accord en honorant cette demande. »

Environ 400 forces spéciales françaises sont actuellement basées au Burkina Faso dans le cadre d’un déploiement baptisé « Sabre », dans le cadre d’une présence militaire plus large pour combattre les djihadistes dans la région du Sahel.

Mais le pays a suivi un parcours similaire au Mali voisin, se disputant avec Paris après qu’un coup d’État militaire a porté une junte au pouvoir et la présence française est devenue de plus en plus impopulaire auprès du public.

Le gouvernement burkinabé a assuré à Paris qu’il ne suivrait pas le Mali en se tournant vers le russe Wagner pour soutenir son armée, bien qu’une équipe de liaison du groupe de mercenaires se soit déjà rendue.

Une source proche des plans militaires français a déclaré à l’AFP que si les troupes seraient parties fin février, leur équipement serait récupéré fin avril.
Paris a demandé lundi des éclaircissements au président de transition de Ouagadougou, Ibrahim Traoré, après que le gouvernement a déclaré qu’il demandait aux forces françaises de partir.

READ  La France interdit les vols intérieurs

« Cela ne signifie pas la fin des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la France », a déclaré le porte-parole du gouvernement Jean-Emmanuel Ouedraogo à la chaîne de télévision RTV après l’annonce.

En outre, le gouvernement a demandé à Paris de remplacer son ambassadeur après que le titulaire Luc Hallade a publiquement commenté la détérioration de la situation sécuritaire dans le pays.

Cet État enclavé, ancienne colonie française, est l’un des plus pauvres et des plus instables d’Afrique.

Des milliers de soldats, de policiers et de civils ont été tués et environ 2 millions de personnes ont fui leur foyer depuis que les djihadistes ont lancé une insurrection depuis le Mali voisin en 2015.

Plus d’un tiers du pays échappe au contrôle du gouvernement, et la frustration au sein de l’armée face au bilan croissant a déclenché deux coups d’État l’année dernière.