janvier 20, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

La France va “annoncer près de 300 000 cas quotidiens du gouvernement” alors qu’Omigron balaie l’Europe

F

Le ministre de la Santé du pays, Oliver Warren, a déclaré mardi que Rance pourrait annoncer 300 000 nouvelles infections par Govt-19.

La semaine dernière, M. Warren a estimé que 250 000 cas par jour surviendraient début janvier.

Cela survient après que la France est devenue le sixième pays au monde à signaler plus de 10 millions d’infections au gouvernement du 19e depuis le début de l’épidémie le jour du Nouvel An.

La mortalité quotidienne associée à Covit-19 est beaucoup plus faible que les cas, ce qui est une autre indication que la variante omigran actuellement dominante provoque une maladie moins grave que le delta dans son ensemble.

Pendant ce temps, des responsables du gouvernement français ont promis mardi de promulguer une loi à la mi-janvier pour interdire aux personnes non vaccinées des espaces de soins palliatifs, malgré la loi imposant une interdiction pratique pendant la nuit au parlement.

“Le 15 janvier est notre objectif”, a déclaré le ministre européen Clément Péon à la télévision LCI.

Jusqu’à présent, la France a mis en place le Pass Santé Covit-19, ce qui signifie que pour entrer dans les restaurants, les cafés ou les théâtres ou à bord des trains, les personnes doivent présenter la preuve d’un nouveau test ou vaccin négatif.

Cette loi éliminerait la possibilité de montrer un test négatif et empêcherait effectivement les personnes non vaccinées d’être emmenées à l’hôpital ou dans les gares.

Les tensions sur la nouvelle loi au parlement ont été ajournées après minuit lundi après qu’une majorité de délégués ont voté pour suspendre la session. Les législateurs pro-gouvernementaux ont été pris par surprise, et ils n’étaient pas en nombre suffisant pour bloquer la motion.

Annie Genevert, vice-présidente de l’Assemblée nationale, la chambre basse du parlement, a déclaré que les dirigeants de diverses commissions parlementaires devraient désormais fixer une nouvelle date pour la reprise des débats.