décembre 10, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

La France vend 17 milliards d’euros d’avions de chasse à l’alliance du Golfe des Émirats arabes unis

La France a reçu la plus grosse commande étrangère de son avion de chasse Rafale avec les Émirats arabes unis alors que le président Emmanuel Macron cherche à approfondir ses liens avec un allié clé du Moyen-Orient.

Macron, qui s’est rendu à Dubaï vendredi avant des réunions en Arabie saoudite et au Qatar, a confirmé la vente dans le cadre de négociations économiques et de sécurité plus larges avec le prince héritier d’Abou Dhabi, le cheikh Mohammed bin Saeed Al-Nahyan, le véritable dirigeant des Émirats arabes unis.

Avec plus de 17 milliards de dollars de contrats, 80 avions Rafale et 12 hélicoptères Caracal ont été fabriqués par les français Dassault Aviation et Airbus, ce qui, selon Macron, était « le plus gros contrat militaire de notre histoire ». L’action Dassault a augmenté de 9% à l’annonce de l’opération.

Cette année, les commandes de Raphaël de Croatie, de Grèce et d’Egypte ont été continuellement signées. Le ministère de la Défense a déclaré en septembre que Canberra avait annulé la valeur de la participation de la marine française dans l’accord sur les sous-marins de 56 milliards de yens.

Les relations entre la France et les Émirats arabes unis se sont renforcées ces dernières années, Macron et Cheikh Mohammed étant liés à un certain nombre de problèmes au Moyen-Orient.

En Libye, les deux États ont soutenu le général Khalifa Haftar, qui contrôle une grande partie de l’est du pays. Ils ont tous deux des relations difficiles avec la Turquie et partagent une profonde méfiance et une profonde inquiétude à l’égard des mouvements islamiques tels que les Frères musulmans.

READ  30 Best Fauteuil Relax Jardin pour vous

Les Émirats arabes unis ont soutenu les efforts de la France pour lutter contre les groupes djihadistes dans les États du Sahel d’Afrique subsaharienne en envoyant une aide financière et une aide à la région.

Avion de chasse Rafale fabriqué en France. L’accord intervient alors que la tentative des Émirats arabes unis d’acheter des jets F-35 fabriqués aux États-Unis est examinée à Washington via Getty Images.

Les deux dirigeants ont réaffirmé « un soutien général à l’élection et au retrait des mercenaires de Libye », citant le retrait des combattants étrangers dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu de l’ONU. La Libye organise le 24 décembre le premier tour de son élection présidentielle. Macron a appelé les Émirats arabes unis à intensifier leurs efforts humanitaires au Liban.

L’État du Golfe a suivi l’exemple de l’Arabie saoudite en retirant son ambassadeur de Beyrouth en octobre, citant les commentaires d’un ministre libanais sur l’intervention saoudienne dans la guerre au Yémen, mais les inquiétudes concernant l’influence du puissant Hezbollah soutenu par l’Iran. Mouvement politique et militant. Vendredi, le ministre libanais des Affaires étrangères George Gordohi a annoncé sa démission suite à la demande de la France d’une opportunité de donner à Macron une opportunité d’améliorer les relations entre le Liban et le Golfe.

Abu Dhabi est un client de longue date du français Dassault – qui a acheté des avions de combat Mirage 2000 – et la France est depuis longtemps avec les États-Unis l’un des principaux fournisseurs de défense des Émirats arabes unis.

Après une décennie de négociations sur l’accord Raphaël, la tentative de l’administration des Émirats arabes unis d’acheter des jets F-35 fabriqués aux États-Unis a été approuvée par l’administration Trump, qui est sous examen à Washington. La direction de Biden a exprimé ses inquiétudes concernant l’accord F35 en raison de préoccupations concernant l’utilisation par Abou Dhabi du réseau de télécommunications 5G de Huawei et le risque de transfert de technologie vers la Chine.

« La France s’est révélée être le partenaire de sécurité et de défense préféré des Émirats arabes unis et de nombreux autres pays arabes », a déclaré Charles Forrester, analyste au cabinet de conseil en sécurité Jane’s. La flexibilité des constructeurs français à intégrer dans les avions des armes et équipements de fabrication artisanale par des acheteurs tels que les Émirats arabes unis a rendu leur offre attractive et a fourni une protection supplémentaire à l’État du Golfe dans les problèmes de chaîne d’approvisionnement.

Les accords de Raphaël n’ont pas été exempts de critiques et Macron n’a pas voulu saper les efforts de lutte contre le terrorisme islamique dans la région, notamment en affirmant que l’ordre égyptien ne conditionnerait pas les revendications des droits humains.

Des militants des droits humains ont critiqué l’accord sur les armes égyptien, affirmant que la France ne fait que promouvoir le régime d’Abdel Fattah al-Sisi, ce qui a conduit à une répression répressive dans l’ensemble de la société civile.

Human Rights Watch a critiqué l’accord des Émirats arabes unis au Yémen parce qu’il fait partie d’une coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite combattant les rebelles houthis soutenus par l’Iran. Les Émirats arabes unis retirent la plupart de leurs troupes du Yémen en 2019.

Macron a déclaré qu’il était un « sérieux défenseur » d’un accord qui stimulerait l’industrie et l’emploi français. Il a déclaré que la France avait un rôle à jouer au Moyen-Orient et était « une force d’équilibre ».

« Nous ne pouvons pas agir pour aider le Liban, nous ne pouvons pas aider l’Irak, nous ne pouvons pas agir contre le terrorisme dans la région.

Macron soutient les efforts visant à parvenir à un accord de paix entre les rebelles yéménites et l’Arabie saoudite.

Rapport supplémentaire de Samar al-Adrush à Riyad