mai 26, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

La France vise une « véritable souveraineté environnementale pour l’Europe » lors de pourparlers informels avec l’UE – EURACTIV.fr

Paris, qui préside actuellement le Conseil de l’UE pendant six mois, a souligné l’objectif de parvenir à une plus grande souveraineté de l’UE dans les domaines de l’énergie et de l’environnement alors que les ministres européens entament une réunion informelle de trois jours à Amiens pour aborder ces questions. EURACTIV France a rapporté.

Selon le cabinet de la ministre du Changement environnemental, Barbara Pompéi, la France ambitionne d’instaurer « une véritable souveraineté environnementale pour l’Europe » dans la lignée de l’autonomie stratégique voulue par le président Emmanuel Macron.

Paris veut d’ores et déjà suivre les initiatives initiées par la Commission européenne dans ce domaine, notamment la distribution des matières premières, la production d’énergie décarbonée et le développement des technologies vertes..

La conférence de trois jours, qui se tiendra à Amiens du 20 au 22 janvier dans le cadre de la présidence du Conseil français de l’UE, portera sur la décorbonisation de l’économie et de la société, la préservation de la biodiversité, la lutte contre les pollutions chimiques et le développement. Economie circulaire.

De nombreuses sessions de travail porteront sur les changements agro-environnementaux, en particulier la synchronisation et la conformité européenne liée aux produits phytopharmaceutiques. Le tableau comprendra également des mesures visant à lutter contre le rôle de la forêt et du bois dans la déforestation importée, la politique environnementale, énergétique et climatique, ainsi que les prix de l’énergie de l’UE et l’efficacité énergétique pour les consommateurs.

Une série de déjeuners-rencontres se tiendra en Europe sur les produits chimiques, la modification et l’hydrogène.

Pas assez de progrès

Avec confiance, la France espère « trouver le premier compromis » dans les négociations sur un paquet « fit for 55 » visant à réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre en Europe d’ici 2030.

En matière de biodiversité, les ministres attendent des propositions de la Commission européenne d’ici fin mars. Dans l’économie de cercle, certains textes ont été reportés à mars ou avril, alors l’entourage de Pompéi a confirmé que « donc on n’ira pas aussi loin que prévu ».

Toutes ces leçons sont d’une certaine manière liées à l’accord vert européen, qui est un paquet juridique visant à neutraliser le climat de l’UE d’ici 2050.

Le bureau de Pompéi a ajouté que « faire avancer les négociations du Green Deal » tout en « maintenant d’autres questions telles que les produits chimiques en tête de l’agenda politique » étaient les objectifs de la France pendant la présidence française de l’UE.

Le déjeuner des ministres de l’environnement est prévu sous le thème « Mise en œuvre de la stratégie européenne pour la durabilité dans l’industrie chimique ». Cette StratégiePublié par la Commission européenne en octobre 2020, il vise à interdire les matières dangereuses jusqu’à ce qu’il soit prouvé qu’elles sont sûres. La Commission européenne organise un atelier le 22 mars pour discuter de cette question avec les parties prenantes.

Préparer la COP27

Lors de ces premières réunions informelles des ministères de l’environnement et de l’énergie de l’UE, la réglementation des batteries, le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières et la lutte contre la déforestation importée seront également abordés de manière informelle.

READ  La France tombe amoureuse de Sergio Ramos après ses débuts au PSG

Selon le bureau de Pompéi, « la souveraineté consiste à imposer nos normes au-delà de nos frontières » et à « utiliser le pouvoir des entreprises européennes comme levier politique ».

La France a intérêt à sauvegarder les intérêts de l’Union européenne, compte tenu des « restrictions des Etats membres » dans les résolutions. L’entourage de Pompéi a cité l’importance du charbon en Pologne.

Ce n’est pas un hasard car la Pologne est l’un des principaux alliés de la France dans l’intégration du nucléaire dans la classification verte de l’UE.

Le ministre français du changement environnemental souhaite organiser d’autres réunions en mars pour échanger avec les représentants des prochaines présidences du Conseil de l’UE, de l’ONU, du G20, de la Tchéquie et de la Suède. Son bureau a ajouté que Pompéi aimerait également rencontrer le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi pour discuter de la COP27, la conférence des Nations Unies sur le climat qui se tiendra cette année à Charm el-Cheikh.

« Dans ce cadre multilatéral, l’Europe joue un rôle moteur », a souligné le cabinet du ministre. Si l’UE peut accepter une position commune d’ici là, le rôle de l’UE pourra être renforcé par le président français.

[Edited by Frédéric Simon]