décembre 6, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

L’ancien ministre français de la Justice est jugé pour de prétendus faux emplois | France

Un ancien ministre français de la justice doit comparaître devant un tribunal de Paris accusé d’avoir détourné des fonds publics en créant prétendument de faux emplois, dont un pour un assistant parlementaire fantôme à temps partiel appelé Hubert Devillers.

Michel Mercier aurait également employé sa femme comme assistante au sénat – la chambre haute – pendant quatre ans, puis l’une de ses filles qui vivrait à l’époque à Londres.

Les allégations révélé dans le journal satirique Le canard enchaîné en août 2017, six mois après que le Premier ministre de l’époque, François Fillon, a été éliminé de la course présidentielle après avoir payé sa femme pour un travail inexistant.

Les Fillon ont été reconnus coupables de détournement de fonds publics en 2020, une condamnation confirmée en appel en mai de cette année.

L’épouse de Mercier, Joëlle, aurait été payée 84 525 € entre 2005 et 2009. La fille de l’ancien ministre Delphine, historienne de l’art, aurait été payée 2 000 € par mois, totalisant plus de 37 100 €, et les fictifs Devillers » au moins 30 000 € », selon les enquêteurs.

Mercier, 75 ans, qui a été ministre des affaires rurales et de l’aménagement du territoire de 2009 à 2010 et ministre de la justice de 2010 à 2012 sous le président de droite Nicolas Sarkozy, a nié que les emplois étaient faux.

Son avocat André Soulier devrait faire valoir que Joëlle Mercier a ouvert le poste de son mari et tenu son journal alors que sa fille le conseillait sur la politique et la culture depuis Londres.

READ  La tournée des Blacks Ferns en Angleterre et en France se prépare davantage pour la Coupe du monde de rugby 2022

Les enquêteurs n’ont trouvé aucune preuve que l’un des trois ait effectué des travaux publics sur l’un des ordinateurs de Mercier. Mercier soutiendra qu’il n’a jamais utilisé d’ordinateur mais qu’il a donné verbalement des instructions de travail. Sa fille a admis qu’elle avait utilisé un ordinateur, mais a déclaré à la police qu’il avait été perdu avec des documents pertinents lors d’un déménagement.

« Il n’y a pas eu d’échange de courrier électronique ou papier ni de traces de liens à caractère professionnel entre Michel, sa femme et sa fille », précise le rapport de police. On ne sait pas encore publiquement quel rôle Devillers a joué.

L’ancien ministre est également jugé pour un autre détournement présumé de l’argent des contribuables alors qu’il était président du conseil général du Rhône entre 1990 et 2013, lorsque sa femme est accusée d’avoir organisé de nombreux événements aux frais de l’État alors qu’elle n’était ni élue ni conseillère. employé.

Soulier a dit Libération: « Si l’argent a été obtenu de manière non légale, non conventionnelle, que mon client le rembourse. Pourquoi en faire un spectacle ? Est-ce que cela aide la république ?

Le procès devrait durer huit jours. Mercier, qui a cinq enfants, risque jusqu’à 10 ans de prison s’il est reconnu coupable. Sa femme et sa fille ont été accusées d’avoir reçu des fonds volés et d’être complices de détournement de fonds publics.