janvier 19, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

L’annulation de l’accord sur les sous-marins a brisé les espoirs, Macron au Premier ministre australien | La France

Le président français a déclaré au Premier ministre australien que l’annulation de l’accord de plusieurs milliards de dollars sur les sous-marins avait « rompu les liens de confiance » et que Canberra devrait proposer « des mesures concrètes » pour combler un fossé diplomatique.

Lors de leur premier appel téléphonique après que l’Australie ait contrecarré les projets de sous-marins, Emmanuel Macron a encouragé Scott Morrison à poursuivre une politique climatique plus ambitieuse, dans laquelle un gouvernement français a déclaré que “la production et la consommation de charbon seraient arrêtées au niveau national et à l’étranger”. Lecture de la conversation.

La France affirme avoir été « trahie », « poignardée dans le dos » et « trompée » par la décision de l’Australie de faire chavirer un sous-marin soutenu par la France d’une valeur de 90 milliards de dollars australiens (48 milliards de livres sterling).

À la mi-septembre, l’Australie a annoncé qu’elle allait acquérir au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire dans le cadre d’un partenariat avec les États-Unis et le Royaume-Uni connu sous le nom d’Axe. En signe de protestation, la France a rappelé temporairement ses ambassadeurs en Australie et aux États-Unis.

Macron a déclaré jeudi lors d’un appel téléphonique du gouvernement français: “La décision unilatérale de l’Australie de réévaluer le partenariat stratégique franco-australien en mettant fin au projet de sous-marin de classe mer à l’appui d’un autre projet non encore mentionné a rompu la relation entre nos deux des pays.

“Nous porterons une attention particulière à la situation des entreprises françaises et de leurs filiales, y compris des entreprises australiennes affectées par cette décision”, indique le communiqué français.

“Le gouvernement australien doit proposer des mesures concrètes qui redéfinissent la base de nos relations bilatérales et poursuivre l’action commune dans la région indo-pacifique, y compris la volonté politique des hauts responsables australiens.”

Morrison, qui se rend à Rome pour le sommet du G20 ce week-end avant la Cop26 à Glasgow, a été invité à prendre des mesures énergiques contre la crise climatique, selon le rapport.

Macron a encouragé Morrison à prendre “des mesures ambitieuses pour relever le défi climatique, notamment en augmentant sa contribution définie au niveau national, son engagement à arrêter la production et la consommation de charbon aux niveaux national et international, et un plus grand soutien australien à l’Alliance solaire internationale”.

Le bureau de Morrison a publié une déclaration une heure après la déclaration française et, sur un ton très concis, a déclaré que le Premier ministre était “heureux de pouvoir parler avec le président Macron”.

“Ils ont eu une discussion honnête sur les relations bilatérales”, a déclaré le rapport australien. “Le Premier ministre attend avec impatience une coopération future dans nos intérêts communs, en particulier dans la région indo-pacifique.”

“Morrison a saisi cette occasion pour informer le président de l’engagement de l’Australie à atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050”, indique le communiqué australien.

Le débat fait suite à la lettre de Morrison à Macron plus tôt ce mois-ci. Le départ de Morrison de Canberra à Rome a été retardé dans l’acceptation de l’appel.

Morrison a annoncé cette semaine que son gouvernement visait le zéro émission nette d’ici 2050, soumis à des pressions diplomatiques de longue date. Cependant, au milieu des divisions au sein du gouvernement de coalition, l’Australie a refusé de réduire officiellement son objectif 2030 de 26% à 28% en 2005. Au lieu de cela, il “prévoit” qu’il atteindra une réduction allant jusqu’à 35% à cette date.

Le Parti national – un jeune partenaire de la coalition basé dans les zones rurales et régionales – s’est engagé à protéger l’industrie charbonnière australienne.

La déclaration est intervenue quelques heures après que la ministre australienne des Affaires étrangères, Maris Payne, a déclaré qu’elle regrettait la “profonde déception ressentie par la France” à propos de l’annulation de l’accord sur les sous-marins.

Payne a déclaré qu’il prévoyait de rencontrer l’ambassadeur de France en Australie, Jean-Pierre Thebault, qui a été rappelé à Paris au plus fort de la crise diplomatique. Payne a déclaré que Thebault mettrait fin à son isolement ce week-end et que le couple se réunirait lundi “dans le cadre d’un processus visant à répondre à ces préoccupations”.

Payne a déclaré à une commission sénatoriale à Canberra qu’il avait “écouté très attentivement ce que le gouvernement français disait en deux langues”, mais a rejeté l’idée qu’un avis ait pu être donné à la France juste avant l’annonce officielle d’Aukus – avant septembre 15.

Il a parlé en faveur de l’Alliance américaine, mais a déclaré que le maintien d’une certaine indépendance n’était pas la solution.

“C’est le jugement du gouvernement que les sensibilités, ce qui empêche considérablement la diffusion généralisée des informations avant l’annonce”, a-t-il déclaré.

Le gouvernement australien a été critiqué par les travaillistes pour ne pas avoir fait de démarches diplomatiques avant d’annoncer la décision.

La leader travailliste Penny Wong au Sénat a déclaré jeudi: “Je pense que les relations sont dangereuses. [with France] Non seulement nous l’avons fait, mais ils pensent que nous l’avons fait. Ils se sentent trompés – cela ressort clairement des déclarations publiques.

Morrison a déclaré que la décision avait été prise en raison de la détérioration des perspectives stratégiques dans la région indo-pacifique et des préoccupations quant à savoir si les sous-marins conventionnels seraient appropriés dans cet environnement.

READ  30 Best Voile D'Ombrage Rectangulaire pour vous