février 2, 2023

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Le Français Jules Koundé doit retirer son collier lors du match contre la Pologne

Le Français Jules Kounde s’est fait bizarrement dire de retirer un collier plus de 40 minutes après leur 16 derniers matchs contre la Pologne.

L’arrière droit de Barcelone est revenu dans le onze de départ français après s’être reposé lors de sa défaite contre le Cameroun mercredi.

Les Lois du Jeu de l’IFAB stipulent que « tous les bijoux (colliers, bagues, bracelets, boucles d’oreilles, bracelets en cuir, élastiques, etc.) sont interdits et doivent être retirés ». L’utilisation de ruban adhésif pour couvrir les bijoux n’est pas autorisée.

Mais clairement, Kounde a pu échapper à la détection de l’arbitre vénézuélien Jesus Valenzuela Saez car il a fallu attendre la 41e minute pour que le juge de touche Tulio Moreno repère les deux chaînes autour du cou du défenseur.

La commentatrice de la BBC, Vicki Sparks, a déclaré: « Bijoux, Jules Kounde. »

Son co-commentateur Dion Dublin a répondu: « Sûrement pas. Ça doit être un moyen de se débarrasser de ça avant le match? »

Sparks a répondu: « Un petit avant-goût de la ligue du dimanche à domicile. » Et Dublin a plaisanté: « Je ne connais personne dans la ligue du dimanche qui puisse se permettre une chaîne en or. »

Moreno a empêché Koundé de faire une remise en jeu et un membre de l’équipe de France des coulisses a couru pour aider l’international français à enlever les bijoux.

Un téléspectateur sur Twitter a déclaré: « Il a fallu 41 minutes aux officiels pour remarquer que Jules Kounde portait des bijoux alors qu’ils étaient si visibles. »

Alors qu’un autre a ajouté: « Kounde portant des bijoux est là-haut avec des lancers de fautes pour les professionnels qui se foutent comme des amateurs. Et ensuite, l’arbitre vérifie ses crampons en ligne? »

READ  Le Royaume-Uni est trois fois plus susceptible d'accepter des demandeurs d'asile que la France