décembre 6, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Le patron de France Galop avoue son malaise face à la situation de Soumillon

Olivier Delloye, directeur général de France Galop, a avoué son malaise alors que Christophe Soumillon revenait en selle à ParisLongchamp samedi, 24 heures seulement après avoir écopé d’une importante suspension à Saint-Cloud.

Soumillon a été banni pendant 60 jours après que les commissaires sportifs l’aient jugé coupable de conduite dangereuse à bord de Syros dans le Prix Thomas Bryon Jockey Club de Turquie vendredi.

Juste avant que le peloton ne se tourne vers la maison dans l’affaire du mile, Soumillon s’est dirigé vers Rossa Ryan sur le capitaine Wierzba de Ralph Beckett avant d’apparaître pour donner un coup de coude à son coéquipier, avec Ryan désarçonné de sa monture après le contact.

Soumillon sera interdit du 14 octobre au 12 décembre mais est disponible pour participer au temps fort d’automne de ParisLongchamp, où ses montures incluent le leader du Prix de l’Arc de Triomphe Vadeni dimanche.

Delloye estime que la situation est loin d’être parfaite et a déclaré : « Je suis très mal à l’aise face à ce qui s’est passé.

« En ce qui concerne les règles et tout changement, nous devons enquêter de manière très approfondie et cela doit prendre un peu de temps.

« Nous ne sommes pas là pour inventer de nouvelles règles, mais pour que celles qui existent s’appliquent.

« Les règles actuelles sont aussi bonnes que possible, mais ce genre de chose ne devrait pas arriver en course. C’est vraiment le genre de chose qui ne devrait pas arriver.

« Pour qu’il y ait des changements, il faudrait un appel de quelqu’un en Angleterre, comme le jockey. »

READ  France Green s'apprête à sélectionner un porteur de qualité

Soumillon s’est publiquement excusé suite à l’incident, insistant sur le fait qu’il n’avait pas tenté de renverser Ryan, et après avoir terminé troisième à bord de Duke De Sessa lors de la première course en piste samedi.

Il a dit : « Je n’en parle plus, j’ai dit ce que j’avais à dire. »

Ryan était de retour en action à Ascot samedi et a admis qu’il était soulagé d’avoir échappé à une blessure à l’automne.

Il a dit avant la course : « Je vais bien. J’étais un peu raide ce matin, mais je vais bien, Dieu merci. Je viens de croiser le médecin.

« Écoutez, c’est quelque chose qui s’est passé qui ne devrait probablement pas être en course, mais l’essentiel est que je suis à 100% et que le cheval que je montais va bien et que tout le monde va bien, donc c’est du passé et je dois juste continuez à donner des coups de pied et continuez à avancer.

« C’est une de ces choses qui s’est passée et je ne sais pas ce qui se passait dans la tête de Christophe. Il s’est excusé après. Les médias auront beaucoup à dire à ce sujet.

« C’était la première chute où je m’éloignais en pensant que j’avais eu beaucoup de chance, avec la façon dont j’ai atterri. J’ai eu beaucoup de chance, mais j’ai survécu pour me battre un autre jour, mais il y avait quelqu’un qui me regardait de haut et ils s’occupaient de moi.

« C’est quelque chose que toutes les juridictions devront examiner, mais je n’ai été que le chanceux – et c’est la chose la plus importante.

READ  Malgré l'Omicron les salles parisiennes se préparent pour les fêtes de fin d'année

« Quoi qu’il soit arrivé, ça va, mais j’étais juste soulagé et heureux de pouvoir me lever et m’en aller. »

Ryan a ajouté: «Mon père est ambulancier et en forme quelques-uns à côté. Il n’en était pas très content, mes oncles non plus. Peu importe le coup de coude, c’était juste le gros coup que j’ai eu au sol. Ce n’était qu’un peloton de six coureurs et je ne veux pas trop m’y attarder pour être honnête.

« Je suis juste ravi de pouvoir revenir à cheval samedi et faire un tas de belles balades. »