mai 26, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Le pétrole glisse après que la France et l’Iran se sont rapprochés d’un accord sur le nucléaire

Une pompe à huile est vue au coucher du soleil à l’extérieur de Scheibenhard, près de Strasbourg, France, le 6 octobre 2017. REUTERS/Christian Hartmann

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

SINGAPOUR, 17 février (Reuters) – Le pétrole a chuté de plus de 2% dans les premiers échanges asiatiques jeudi après que la France et l’Iran ont déclaré que les parties étaient plus proches d’un accord pour sauver l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et les puissances mondiales, compensant les inquiétudes persistantes concernant la situation en Ukraine .

Le brut américain West Texas Intermediate (WTI) s’échangeait en baisse de 2,50 dollars, soit 2,7%, à 91,16 dollars le baril à 00h58 GMT, après avoir terminé en hausse de 1,7% la veille.

Le brut Brent s’échangeait en baisse de 2,43 $, ou 2,6%, à 92,38 $ après la clôture du contrat en hausse de 1,6% dans les échanges de la veille.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« Les nouvelles positives des négociations nucléaires américano-iraniennes apportent un soulagement indispensable aux prix mondiaux du pétrole, car la possibilité de nouveaux approvisionnements en brut réduit le déficit de l’offre et de la demande », a déclaré Claudio Galimberti, vice-président senior du cabinet de conseil Rystad Energy.

La France a déclaré mercredi que la décision de sauver l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et les puissances mondiales n’était qu’à quelques jours et qu’il appartenait désormais à Téhéran de faire le choix politique, tandis que Téhéran a appelé les puissances occidentales à être « réalistes ». Lire la suite

READ  Ce qu'un CD compact peut vous dire sur le Tour de France depuis 1997

Les marchés pétroliers ont été dominés ces dernières semaines par la position menaçante de la Russie envers l’Ukraine, craignant que les perturbations de l’approvisionnement du principal producteur dans un marché mondial tendu ne poussent les prix du pétrole à 100 dollars le baril.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Chen Aizhu; édité par Richard Pullin

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.