février 3, 2023

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Le principal régulateur bancaire français fait pression pour des règles plus strictes sur les actifs numériques avant la MiCA: rapport

Alors que l’industrie est encore sous le choc des soi-disant catastrophes cryptographiques de 2022, les régulateurs français appellent à une réglementation plus stricte pour éviter que les événements ne se reproduisent, déclare un Rapport Bloomberg.

À la tête de la revendication de règles plus strictes se trouve le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, qui a critiqué le cadre juridique existant pour être idéal pour les mauvais acteurs. Le principal grief de Villeroy de Galhau avec l’industrie réside dans la règle qui permet aux fournisseurs de services d’opérer sans licence obligatoire des régulateurs.

« Tout le désordre de 2022 nourrit une conviction simple : il est souhaitable que la France passe au plus vite à une licence obligatoire des DASP, plutôt qu’à un simple enregistrement », a déclaré Villeroy de Galhau dans une récente allocution.

Actuellement, les entreprises d’actifs numériques peuvent opérer sans licence complète car la loi leur permet de mener des activités avec une licence temporaire en attendant l’acquisition de la principale. Aucune des plus de 60 sociétés d’actifs numériques opérant en France n’a obtenu un agrément complet de l’Autorité des marchés financiers (ou de l’AMF).

Binance, Bitpanda, Luna et eToro font partie des entreprises opérant avec une licence temporaire dans le pays, mais compte tenu de la série d’implosions à grande échelle au cours des quelques mois, les appels à un examen réglementaire ont atteint un paroxysme. Le président de la banque centrale n’est pas le seul à faire la appels pour des règles plus fermes. En décembre dernier, le député français Hervé Maurey a proposé une motion visant à éliminer les multiples options d’enregistrement pour les opérateurs de l’industrie.

READ  Le PSG vise à battre Barcelone face à Bernardo Silva de Manchester City

Maurey cité L’implosion de FTX comme un moment de réflexion sobre, de « compte et de sensibilisation » pour l’industrie et a exhorté les autres députés à agir rapidement pour sauver l’écosystème.

Alors que la France a été décrite comme l’une des principales juridictions en termes d’adoption de monnaie virtuelle, il est important de noter que le pays a encore plusieurs politiques conçues pour étouffer les opérations des mauvais acteurs. Les règles incluent le contrôle de la publicité sur les actifs numériques et l’imposition d’une taxe de 30% sur les bénéfices du trading monnaies virtuelles.

Des règles plus strictes sont inévitables pour la France dans les années à venir

Que les régulateurs français resserrent ou non l’étau autour du cou de l’industrie, les passionnés de monnaie numérique se préparent à des changements radicaux.

L’Union européenne Marché des actifs cryptographiques (MiCA), qui devrait entrer en vigueur en 2024, imposera des exigences d’enregistrement strictes à tous les fournisseurs de services de la région. Un vote sur la législation MiCA est prévu pour février après un précédent retard en novembre 2022.

En 2022, la «règle de voyage» du Groupe d’action financière (GAFI) pour les actifs numériques a été approuvée, obligeant les sociétés françaises d’actifs numériques à informer les régulateurs des détails des transactions dépassant 1 000 $.

Regarder : À l’honneur : le développement de l’écosystème en chaîne BSV en Europe

width= »562″ height= »315″ frameborder= »0″ allowfullscreen= »allowfullscreen »>

Nouveau sur Bitcoin? Découvrez CoinGeek Bitcoin pour les débutants section, le guide de ressources ultime pour en savoir plus sur Bitcoin – tel qu’envisagé à l’origine par Satoshi Nakamoto – et la blockchain.

READ  Le "criminel" des touristes mangeant du faucon croissant suscite un débat houleux en France