septembre 26, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

L’égyptomanie en France | L’Institut d’art de Chicago

Des pyramides aux sphinx en passant par les scarabées, les fleurs de lotus, les yeux oudjats et les hiéroglyphes, les motifs et les formes architecturales emblématiques de l’Égypte ancienne ont influencé les artistes du monde entier pendant des millénaires.

Par et

L’impact de l’égyptomanie s’est manifesté sous de nombreuses formes, notamment l’art de la Rome antique, l’architecture de Chicago et même la culture pop actuelle, comme celle de Marvel. Chevalier de la lune. En 2022, nous marquons les anniversaires de deux découvertes égyptologiques importantes qui ont déclenché une résurgence de l’égyptomanie : le déchiffrement des hiéroglyphes en 1822 à l’aide de la pierre de Rosette qui avait été trouvée lors de la campagne de Napoléon en Égypte et la découverte de la tombe du roi Tut en 1922. Cet article est le premier d’une série où les membres du personnel des départements de conservation du musée ont été invités à examiner de plus près des œuvres d’art qui ont été réinterprétées, réutilisées ou inspirées de l’héritage visuel de cette illustre culture nord-africaine.

—Ashley Arico, conservatrice associée de l’art égyptien ancien, Arts of Africa

UNE CÉLÉBRATION DE L’EGYPTE NAPOLÉONIENNE EN TOILE IMPRIMÉE

La campagne militaire de Napoléon en Afrique du Nord – la « Bataille des Pyramides » (1798-1801) – a peut-être été de courte durée et finalement infructueuse, mais les rapports d’expédition ont fourni un nouveau lexique visuel de motifs et de thèmes d’inspiration égyptienne pour les artistes et designers français. . . Le textile imprimé Les Monuments d’Egypte (dessous) présente des représentations historiques et fictives de l’Égypte moderne et ancienne, y compris une pyramide dont l’entrée à colonnes est flanquée de statues monumentales de divinités assises, deux obélisques, un sphinx gardant un temple couvert de hiéroglyphes et le port d’Alexandrie.

READ  Arnaud de France réorganise ses possessions Lagarder

Les images sur ce tissu d’ameublement sont dérivées de dessins de Louis François Cassas qui a été chargé par l’ambassadeur à la cour ottomane de voyager à travers la Méditerranée orientale de 1784 à 1786 et d’enregistrer des monuments antiques, des paysages et des scènes de la vie quotidienne. Des gravures de centaines de dessins de Cassas sont publiées en 1799 et 1800, au moment même où la campagne d’Égypte de Napoléon attire l’attention de toute la France.

Reproduction du vol. III, planche 98 de Voyage pittoresque de la Syrie, de la Phénicie, de la Palestine, et de la Basse Égypte, vol. II-III (1799-1800)

Dessin original de Louis François Cassas. Avec l’aimable autorisation de la bibliothèque universitaire de Heidelberg.

Bien que largement reconnus pour leur compétence technique et leur qualité esthétique, les dessins de Cassas se concentrent sur l’attrait du passé, moins sur les habitants d’aujourd’hui, reflétant une vision idéalisée et exotique de l’Antiquité qui était populaire en Europe à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. . .

Les imprimés de Cassas ont été transformés en ce tissu d’ameublement grâce aux innovations de Christophe-Philippe Oberkampf, graveur et coloriste qui a fondé l’une des usines d’impression de coton les plus importantes à Jouy-en-Josas, en France, en 1760, près de la cour de Versailles. Les Monuments d’Egypte a été imprimé au rouleau à l’aide d’un cylindre de cuivre gravé, une avancée technologique qu’Oberkampf a introduite en France. Bien que la largeur du motif et la longueur de la répétition soient limitées par la taille du cylindre, l’impression au rouleau permet une production rapide de motifs monochromes continus rendus avec une ligne extrêmement fine.

Jean Baptiste Huet

Utilisez l’outil de zoom dans le coin supérieur droit pour explorer les détails.

Les possibilités artistiques de cette méthode d’impression ont trouvé leur pleine expression grâce à la collaboration d’Oberkampf avec son talentueux designer en chef, Jean Baptiste Huet. Bien que issus de l’œuvre de Louis François Cassas, Oberkampf et Huet ont révisé une grande partie du matériau d’origine : en extrayant des détails spécifiques, en simplifiant chaque dessin et en combinant différents éléments, ils ont pu produire une composition équilibrée et épurée adaptée au marché.

READ  La technologie de mur vidéo Matrox maintient les chemins de fer nationaux français sur la bonne voie

Cette étoffe d’ameublement – utilisée pour les rideaux, drapés sur les murs ou pour recouvrir les meubles – était imprimée dans un colorant rouge foncé sur la surface lisse d’un fin tissu de coton probablement importé à grands frais des Indes. La suggestion subtile de la lumière et de l’ombre et la représentation sensible de la forme humaine – caractéristiques des textiles de Jouy-en-Josas – animent les scènes individuelles. Les dessins sont en outre mis en évidence sur un fond en forme de treillis subtilement assombri et accentués par l’impression en bloc de l’espace négatif avec du jaune. L’effet se traduit par des éléments individuels intégrés dans une conception globale équilibrée.

C’est l’insistance d’Oberkampf à utiliser des tissus et des teintures de la plus haute qualité, l’adoption de nouvelles techniques d’impression, son travail avec les designers et graveurs les plus qualifiés, et sa réponse rapide aux goûts changeants de sa clientèle française aisée, qui ont conduit à son succès. En plus de célébrer la fascination de la population française pour les terres exotiques, Les Monuments d’Egypte exprimé une signification politique et patriotique manifeste en période de révolution.

—Elizabeth Pope, associée de recherche principale, Arts des Amériques et textiles

L’Égypte ancienne au cinéma

Dans la France du XIXe siècle, l’invention moderne de la photographie en 1839 était intimement liée, assez paradoxalement, à l’Égypte ancienne. Les promoteurs de la nouvelle technique ont noté que la copie des millions de hiéroglyphes sur les grands monuments prendrait des légions de dessinateurs des décennies; avec la photographie, cependant, une seule personne pourrait accomplir la tâche rapidement et avec précision.

READ  Covit-19 : la cinquième vague française augmente les admissions à l'hôpital, selon le meilleur conseiller scientifique | Monde | Nouvelles

Cette avancée dans la documentation était importante pour les Français, qui avaient des intérêts à la fois stratégiques et culturels en Égypte, et la photographie rejoignit bientôt un autre domaine d’étude relativement nouveau : l’archéologie. Les photographes ont participé à des expéditions archéologiques pour aider à documenter les fouilles, et leurs archives ont à la fois aidé les spécialistes de l’Antiquité et ravi les voyageurs en fauteuil capables d’assister aux sublimes monuments sans quitter le confort de leur foyer.

En 1849, le journaliste Maxime Du Camp, rejoint par son ami l’écrivain Gustave Flaubert, entreprend une expédition de deux ans en Égypte et dans ses environs au cours de laquelle il documente furieusement les monuments et les inscriptions locales. Il en a sélectionné 125 pour les inclure dans l’album Égypte, Nubie, Palestine et Syrie, qui a été publié en 1852, apportant la renommée instantanée de Du Camp. Dans de nombreuses photographies de Du Camp, les monuments sont dépourvus de personnes, une fiction en accord avec le désir de son public européen de voir l’Égypte ancienne sans les Égyptiens d’aujourd’hui ; De cette manière, le public européen pouvait s’approprier ce qui était alors considéré comme le berceau de la culture occidentale.

Dans de nombreuses autres images, cependant, comme celle ci-dessus, Du Camp incluait un habitant local. La figure servait principalement d’échelle, alertant immédiatement le spectateur de la taille énorme du monument sans avoir besoin de mesures mathématiques. Mais la présence d’habitants comme celui-ci a également souligné « l’exotisme » perçu par les Égyptiens contemporains, souvent en contraste avec le statut des archéologues et des photographes en tant qu’hommes de science désintéressés.

—Elizabeth Siegel, conservatrice, Photographie et médias

Restez à l’écoute pour la deuxième partie, qui découvrira l’égyptomanie dans la Rome antique et le design américain du XIXe siècle.

Les sujets

  • Le recueil
  • Points de vue
  • Du conservateur