août 11, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Les incendies de forêt continuent de brûler en France et en Espagne Feux de forêt

De vastes étendues de forêts de pins ravagées par le feu doivent être replantées et gérées différemment pour éviter de futurs incendies alimentés par le réchauffement climatique, ont déclaré des experts français, alors que des incendies de forêt – dont plusieurs causés par des incendies criminels – continuaient de brûler en France et en Espagne.

Des responsables du département du sud-ouest de la Gironde ont déclaré lundi que deux énormes incendies – l’un à La Teste-de-Buch qui a détruit 7 000 hectares (17 300 acres) de forêt, et un autre à Landiras qui a ravagé 13 800 hectares – étaient tous deux sous contrôle, bien que brûle encore.

« Après 12 jours de combats acharnés, les deux incendies ont été maîtrisés », a déclaré Fabienne Buccio, responsable du gouvernement régional. Elle a toutefois averti que la hausse des températures et des vents signifiait que certains points chauds s’embraseraient inévitablement à nouveau.

Plus de 36 000 personnes évacuées depuis le début des incendies de Gironde le 12 juillet ont presque toutes pu rentrer chez elles. Cependant, un nouvel incendie près d’Uzès dans le sud du département du Gard a détruit 40 hectares de terres depuis dimanche, ont indiqué des responsables.

Un pompier tente d’éteindre un feu au sol à Louchats, en Gironde. Photographie : Benoît Tessier/Reuters

En Bretagne, la police a ouvert lundi une enquête formelle après avoir déclaré que deux incendies qui ont ravagé près de 2.000 hectares de landes dans le secteur des Monts d’Arrée étaient tous deux « certainement » d’origine criminelle, avec des points d’inflammation à intervalles réguliers de 30 mètres.

Plusieurs incendies de forêt – certains d’entre eux ont également apparemment commencé délibérément – ​​continuent de brûler à travers l’Espagne, qui aurait perdu près de 200 000 hectares aux flammes jusqu’à présent cette année.

Les pompiers de l’île canarienne de Tenerife luttent contre un incendie avec un périmètre de 30 milles (27 km) qui a déchiré 2 700 hectares au cours des derniers jours, leur tâche étant compliquée par des conditions météorologiques défavorables, notamment des températures très élevées.

Dimanche, des agents de la police catalane, les Mossos d’Esquadra, ont arrêté un homme soupçonné d’avoir déclenché trois incendies. Le président de Castilla y León, l’une des régions les plus touchées, a également déclaré que les incendies semblaient avoir été allumés exprès.

« Je viens de parler au ministre de l’Intérieur et je l’ai informé que la main de l’homme est derrière les trois nouveaux incendies en Castille-et-León », a déclaré Alfonso Fernández Mañueco. tweeté dimanche soir. « Je veux que les responsables se retrouvent devant les tribunaux. »

Le ministre régional de l’Environnement de Castille-et-León – où les incendies ont déjà coûté la vie à un pompier et à un agriculteur – a déclenché une réaction de colère lundi après avoir suggéré que les «modes environnementales» pourraient avoir contribué aux incendies.

Juan Carlos Suárez-Quiñones a déclaré à la radio Cadena Ser que si le paysage et les pratiques agricoles avaient changé, « certaines nouvelles modes environnementales en matière de défrichage des berges et d’autres choses rendent plus difficile le défrichement des montagnes ».

Lorsqu’on lui a demandé s’il disait que l’environnementalisme avait aggravé les incendies, le ministre a répondu : « Ce n’est pas la cause. Mais c’est l’une des choses sur lesquelles nous devons travailler… nous sommes tous responsables des forêts.

Santiago M Barajas, membre de l’alliance environnementale Ecologists in Action, a riposté, accusant Súarez-Quiñones de chercher à se soustraire à ses responsabilités.

Les pompiers de l'île canarienne de Tenerife luttent contre un incendie d'un périmètre de 30 milles.
Les pompiers de l’île canarienne de Tenerife luttent contre un incendie d’un périmètre de 30 milles. Photographie : Agence Anadolu/Getty Images

« Vous êtes celui dont la responsabilité est le ministre, » il a tweeté. « Blâmer les écologistes pour votre incompétence est vraiment horrible. »

Les commentaires du ministre régional de l’Environnement ont fait écho à ceux de la veille de Juan García-Gallardo, l’homme politique d’extrême droite du parti Vox qui est vice-président de Castilla y León. García-Gallardo a raconté Le journal de Burgos que « l’environnementalisme radical et les politiques vertes ont transformé la campagne en poudrière ».

Le gouvernement espagnol, cependant, n’était pas d’accord. Le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a déclaré qu’il était clair que « le changement climatique joue un grand rôle dans toutes ces tragédies et urgences ».

La semaine dernière, le Premier ministre, Pedro Sánchez, a été encore plus direct en déclarant : « Le changement climatique tue : il tue des gens, comme nous l’avons vu ; il tue également notre écosystème, notre biodiversité, et il détruit également les choses qui nous sont chères en tant que société – nos maisons, nos entreprises, notre bétail.

Alors que les réflexions se tournaient vers la replantation, les experts forestiers français étaient unanimes pour dire que non seulement le choix des espèces, mais aussi des règles de gestion forestière beaucoup plus strictes seraient essentielles pour lutter contre les futurs incendies de forêt dans un contexte de crise climatique croissante.

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, a déclaré que « le changement climatique tue : il tue des gens, comme nous l'avons vu ;  il tue aussi notre écosystème, notre biodiversité, et il détruit aussi les choses qui nous sont chères en tant que société ».
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, a déclaré : « Le changement climatique tue : il tue des gens, comme nous l’avons vu ; il tue également notre écosystème, notre biodiversité, et il détruit également les choses qui nous sont chères en tant que société. Photographie : Agence Anadolu/Getty Images

Le président français, Emmanuel Macron, a promis la semaine dernière un « grand projet national » pour reconstruire et faire repousser la région du sud-ouest sinistrée, mais a déclaré que cela devrait nécessairement être « sous des règles différentes » dictées par le réchauffement climatique.

Le commandant Alexandre Jouassard du service français de la protection civile a déclaré qu’une priorité absolue doit être un accès facile pour les pompiers. « A chaque fois, c’est ce qui rend la tâche tellement plus compliquée pour nous », a-t-il déclaré. dit au journal Le Parisien.

« Des bois laissés à l’abandon, des sous-bois non défrichés, difficiles à pénétrer… cela doit changer. » Les experts notent que des forêts bien gérées comme celles de la région des Landes plus au sud, qui ont subi des incendies massifs en 1949, ont échappé aux récents incendies.

« Il y a un proverbe qui dit qu’au début, un incendie peut être éteint avec un seau d’eau », a déclaré Jean-Yves Caullet, président de l’ONF. « Les forêts à risque ont besoin de chemins d’accès, de tours de guet et de bouches d’incendie bien entretenus. »

Un problème qui doit être résolu de toute urgence, a déclaré Caullet, est que les dizaines de milliers de petits propriétaires privés qui possèdent 75% des forêts françaises ne sont tenus de nettoyer les sous-bois, les broussailles et les branches mortes que si leur parcelle dépasse 15 hectares.

« Lorsque vous réalisez qu’un incendie catastrophique peut se déclarer sur un demi-hectare, vous voyez à quel point il sera vital d’encourager une approche beaucoup plus collective parmi ces petits propriétaires – dont beaucoup ne savent même pas qu’ils possèdent une parcelle de bois », a-t-il déclaré. . .

Christophe Béchu, ministre français de la transition verte, a déclaré que le gouvernement prévoyait une campagne intensive destinée aux propriétaires forestiers privés, notant que les règles de déminage n’étaient respectées que 30 à 50 % du temps selon la région.

Tableau des feux de forêt en France

D’autres mesures comprennent des campagnes d’information du public, dès l’école primaire, sur les risques considérablement accrus d’incendies de forêt, les statistiques montrant qu’environ 90 % sont provoqués – accidentellement ou délibérément – par l’homme.

Les experts ont également exhorté les autorités locales à contrer le risque majeur d’incendies dans les zones de bois et d’habitat, à la lisière des grandes forêts. Une étude de 2016 dans une zone du sud a révélé que ceux-ci représentent 47% des incendies du département, mais seulement 15% de sa superficie.

Enfin, le choix des espèces d’arbres doit être primordial lors de la replantation, ce qui est peu probable avant qu’une année complète ne se soit écoulée. Les nouveaux arbres doivent évidemment être adaptés au climat méridional et refléter également un plus large éventail de biodiversité, disent les experts.

« La monoculture n’est pas une bonne nouvelle », déclare Hélène Soubelet de la Fondation de recherche Biodiversité au Parisien. « Nous devrions également penser à la régénération naturelle – les espèces qui repoussent seront mieux adaptées à un paysage post-incendie. »

READ  Les modernistes français des Six Nations sont-ils supérieurs aux anciens maîtres classiques ? | équipe de France de rugby à XV