août 11, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Les législateurs français proposent un projet de loi pour inscrire le droit à l’avortement dans la constitution | France

Un groupe de législateurs du parti du président français proposera un projet de loi visant à inscrire le droit à l’avortement dans la constitution du pays, selon un communiqué de deux députés samedi.

Cette décision intervient après que la Cour suprême des États-Unis a annulé une décision vieille de 50 ans et supprimé les protections constitutionnelles des femmes en matière d’avortement.

Le droit à l’avortement en France est déjà inscrit dans une loi de 1975 relative à l’interruption volontaire de grossesse dans le cadre légal qui a dépénalisé l’avortement.

Une loi constitutionnelle cimentera le droit à l’avortement pour les générations futures, a déclaré Marie-Pierre Rixain, députée et membre du parti La République en marche d’Emmanuel Macron.

« Ce qui s’est passé ailleurs ne doit pas se produire en France », a déclaré Rixain.

Le projet de loi comprendra une disposition qui rendrait « impossible de priver une personne du droit d’interrompre volontairement une grossesse », selon le communiqué publié par deux membres de l’Assemblée nationale, la chambre la plus puissante du Parlement français.

Aurore Berge, chef du groupe du parti de Macron au parlement, a déclaré que la décision de la Cour suprême américaine de révoquer le droit à l’avortement est « catastrophique pour les femmes du monde entier ».

« Nous devons prendre des mesures en France aujourd’hui afin que nous n’ayons pas de renversement des lois existantes demain », a déclaré Berge dans une interview à la radio publique France Inter samedi.

Le parti de Macron et son alliance centriste ont le plus de sièges à l’Assemblée nationale, bien qu’il ait perdu sa majorité lors des élections législatives de dimanche, les électeurs ayant opté pour des partis d’extrême droite et d’extrême gauche.

Les législateurs des deux côtés du spectre politique devraient contester le programme national de Macron, comme sa réforme controversée des retraites.

Dans un climat politique profondément polarisé, Berge a déclaré que les législateurs français ne devraient pas prendre de risques sur les droits fondamentaux même s’ils sont déjà inscrits dans la loi.

« Les droits des femmes sont encore des droits fragiles et régulièrement remis en cause », a déclaré Berge. Elle a ajouté: « Nous ne changeons pas la constitution comme nous changeons la loi. »

Inscrivez-vous à First Edition, notre newsletter quotidienne gratuite – tous les matins en semaine à 7h00 BST

Macron a exprimé sa solidarité avec les femmes aux États-Unis à la suite de la décision d’annuler une décision historique dans une décision susceptible de conduire à l’interdiction de l’avortement dans environ la moitié des États.

Macron a déclaré que les libertés des femmes étaient sapées par cette décision. « L’avortement est un droit fondamental pour toutes les femmes. Elle doit être protégée », a écrit vendredi soir le président français dans un tweet.

READ  La France et l'Allemagne s'affrontent sur le projet de l'UE de classer l'énergie nucléaire et gazière dans la catégorie "verte"