février 3, 2023

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Les ministres de l’UE excluent les finances de la loi sur le devoir de diligence dans la victoire de la France – EURACTIV.fr

Après une vague de négociations de dernière minute entre les États membres, les ministres de l’UE se sont mis d’accord sur une position de négociation commune pour la directive sur le devoir de diligence en matière de durabilité des entreprises (CSDDD) jeudi 1er décembre, faisant de l’inclusion des services financiers dans le champ d’application du devoir de diligence .exigences facultatives pour les États membres.

Première proposé par la Commission européenne En février de cette année, le CSDDD vise à rendre les entreprises responsables des violations des droits de l’homme et des normes environnementales internationales dans leurs chaînes de valeur.

Alors que le Parlement européen discute toujours de sa propre position, les États membres ont réussi à parvenir à un accord sur leur position commune, ou « approche générale », lors d’une réunion des ministres de l’UE jeudi.

Par rapport à la proposition de la Commission, les ministres de l’UE veulent des dispositions de responsabilité moins étendues pour les dommages qui se produisent tout au long de la chaîne de valeur d’une entreprise. De plus, après une poussée de la France, de l’Espagne, de l’Italie et d’autres pays, la notion de « chaîne de valeur » a été abandonnée au profit d’une « chaîne d’activités » plus étroitement définie qui englobe principalement la chaîne d’approvisionnement des entreprises et seulement une partie très partie restreinte de la partie aval de la chaîne de valeur.

Le secteur financier est sorti

Dans une décision qui a suscité beaucoup de mécontentement parmi certains États membres de petite et moyenne taille, le gouvernement français a également obtenu une exclusion pour le secteur financier.

READ  Kamala Harris veut renforcer les liens américano-français de « manière concrète » lors de son voyage à Paris

Alors que les négociateurs en chef des États membres de l’UE semblaient disposer d’une majorité suffisamment large à l’issue du dernier cycle de négociations le vendredi (25 novembre) de déposer un texte qui inclurait les services financiers tant qu’ils ne sont pas des investissements en actions ou en obligations, la France, l’Italie, l’Espagne et la Slovaquie mardi 29 novembre menacé de former une minorité de blocage.

L’objectif de la minorité était d’exclure les services financiers du champ d’application du CSDDD. Cela signifierait que les banques ne pourraient être tenues responsables des violations des droits de l’homme qui se produisent dans le cadre d’activités commerciales financées par leurs prêts.

Le compromis trouvé par la présidence tchèque du Conseil de l’UE était de rendre facultative pour les États membres l’inclusion des services financiers dans le champ d’application des obligations de diligence raisonnable. Cependant, cela pourrait, en fait, entraîner une exclusion des services financiers dans de nombreux États membres qui ne veulent pas risquer de saper la compétitivité de leur secteur bancaire au sein de l’UE.

Tactiques françaises

Dans un communiqué publié mercredi, le gouvernement français a affirmé qu’il ne voulait pas exclure le secteur financier des obligations de diligence raisonnable. Le gouvernement français « n’a en aucun cas demandé d’exempter les banques de l’application des obligations de vigilance », indique le communiqué.

C’est techniquement vrai, mais comme l’approche « chaîne d’activités » du texte final du Conseil, principalement prônée par le gouvernement français, se concentre sur la chaîne d’approvisionnement des entreprises, les exigences de diligence raisonnable sont négligeables pour les banques.

READ  EXCLUSIF Renault français dit qu'il soutient un moratoire sur l'exploitation minière en haute mer

Les risques de diligence raisonnable les plus importants des banques ne résident généralement pas dans la chaîne d’approvisionnement de leurs fournitures de bureau, mais dans ce qu’il advient de l’argent qu’elles prêtent.

« Nous devons traiter le secteur financier de la même manière que les autres secteurs », a déclaré la secrétaire d’État française Laurence Boone. déclaré lors de la réunion des ministres de l’UE jeudi à Bruxelles.

Parce que la France, avec d’autres États membres, a réussi à concentrer d’abord le champ d’application de la directive sur la partie en amont de la chaîne de valeur, appeler à un traitement égal du secteur financier signifie essentiellement l’exclure de la plupart des obligations de diligence raisonnable.

Mécontentement des États membres

Les ministres de divers pays de petite et moyenne taille ont exprimé leur mécontentement face à la solution de compromis.

« Les institutions financières ont un rôle crucial dans la protection des personnes et de la planète », a déclaré le ministre néerlandais de l’économie et de la politique climatique, Micky Adriaansens, affirmant que l’UE donnerait beaucoup de poids pour prévenir les dommages dans les chaînes de valeur en excluant le secteur financier.

Le représentant lituanien a également exprimé « de sérieux doutes quant à la possibilité de laisser aux États membres le pouvoir de décider de l’application de cette directive sur les entreprises financières ».

Cependant, les voix dissidentes réunies n’étaient pas suffisantes pour former une minorité de blocage, en partie parce que de grands acteurs comme l’Allemagne étaient plus intéressés à parvenir à un accord en premier lieu.

READ  La France enquête sur une tentative d'espionnage au Maroc

« Je promets vraiment que, quelle que soit la façon dont nous allons de l’avant, nous […] parvenir à une approche générale », a déclaré le secrétaire d’État allemand Sven Giegold.

Le ministre tchèque Jozef Síkela a reconnu qu’« il s’agit d’un compromis très fragile », indiquant aux ministres que leurs demandes d’ajustements supplémentaires du texte « vont souvent dans des directions complètement opposées ».

« C’est le plus grand dénominateur commun, ce qui rend tout le monde également malheureux », a-t-il déclaré avec un sourire aux lèvres.

Il a également rappelé aux ministres que le débat n’était pas clos puisque le texte devra encore être négocié avec le Parlement européen dans les mois à venir.

[Edited by Nathalie Weatherald]