juillet 2, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Les Néerlandais rejoignent l’Allemagne et l’Autriche pour revenir au charbon

Publié le:

La Haye (AFP) – Les Néerlandais se sont joints à l’Allemagne et à l’Autriche pour revenir lundi au charbon à la suite d’une crise énergétique provoquée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Les Pays-Bas ont déclaré qu’ils lèveraient toutes les restrictions sur les centrales électriques alimentées au combustible fossile, qui étaient auparavant limitées à un peu plus d’un tiers de la production.

Berlin et Vienne ont fait des annonces similaires dimanche alors que Moscou, confrontée à des sanctions sévères contre l’Ukraine, coupe l’approvisionnement en gaz de l’Europe en manque d’énergie.

« Le cabinet a décidé de lever immédiatement la restriction de production pour les centrales électriques au charbon de 2002 à 2024 », a déclaré le ministre néerlandais du Climat et de l’Énergie, Rob Jetten, aux journalistes à La Haye.

Le ministre néerlandais a déclaré que son pays avait « préparé cette décision avec nos collègues européens ces derniers jours ».

L’Allemagne a cependant déclaré qu’elle visait toujours à fermer ses centrales au charbon d’ici 2030, à la lumière des émissions plus importantes de CO2 du changement climatique provenant des combustibles fossiles.

« La date de sortie du charbon en 2030 ne fait aucun doute », a déclaré le porte-parole du ministère de l’Economie, Stephan Gabriel Haufe, lors d’une conférence de presse régulière.

L’objectif était « plus important que jamais », a-t-il ajouté.

« Plus de pays sont pressés »

L’invasion par la Russie de son voisin pro-occidental a fait monter en flèche les prix mondiaux de l’énergie et a soulevé la perspective de pénuries si les approvisionnements devaient être interrompus.

READ  Le Balon d'Or a voté pour Robert Lewandowski, le propre président du football français, plutôt que pour Lionel Messi.

Le géant russe de l’énergie Gazprom a déjà arrêté ses livraisons à un certain nombre de pays européens, dont la Pologne, la Bulgarie, la Finlande et les Pays-Bas.

La dépendance de l’Allemagne à l’égard des importations énergétiques russes l’a rendue particulièrement vulnérable alors que Moscou cherche un levier contre l’Occident.

Les Néerlandais sont moins dépendants, dépendant de la Russie pour environ 15 % de leurs approvisionnements en gaz, contre 40 % en moyenne dans l’UE. Mais ils sont toujours inquiets.

« Je tiens à souligner qu’il n’y a pas de grave pénurie de gaz pour le moment », a déclaré le ministre néerlandais Jetten. « Cependant, davantage de pays sont maintenant pressés (par la Russie). Cela nous inquiète. »

Le gouvernement néerlandais a déclaré qu’il lançait également un « appel urgent » aux entreprises et aux entreprises pour qu’elles économisent autant d’énergie que possible avant l’hiver.

La décision de l’Allemagne d’alimenter ses centrales au charbon est intervenue après que Gazprom a réduit ses livraisons à l’Allemagne via le gazoduc Nord Stream la semaine dernière.

Cette décision, présentée par Gazprom comme un problème technique, a été critiquée comme « politique » par Berlin.

Le ministre allemand de l’Economie, Robert Habeck, un politicien du parti vert, a qualifié la décision de revenir au charbon d' »amère, mais indispensable pour réduire la consommation de gaz ».

‘Situation inattendue’

Entre-temps, le gouvernement autrichien a annoncé dimanche qu’il rouvrirait une centrale au charbon mise sous cocon en raison de pénuries d’électricité résultant de la réduction des livraisons de gaz en provenance de Russie.

Les autorités travailleront avec le groupe Verbund, principal fournisseur d’électricité du pays, pour remettre en service la centrale de la ville méridionale de Mellach, a indiqué la Chancellerie.

READ  Emmanuel Macron bat Marine Le Pen pour être réélu président de la France

La Commission européenne a noté lundi que « certaines des capacités de charbon existantes pourraient être utilisées plus longtemps que prévu initialement » en raison du nouveau paysage énergétique en Europe.

« Nous savons que le mix énergétique et les plans des Etats membres vont s’ajuster légèrement car nous sommes dans une situation inattendue », a déclaré le porte-parole de la Commission, Tim McPhie, lors d’un point de presse.

L’Allemagne, la plus grande économie d’Europe, a réussi à réduire la part de son gaz naturel fourni par la Russie de 55 % avant l’invasion à 35 %.

Le gouvernement a également mandaté le remplissage des réserves de gaz à 90% avant l’hiver européen à la fin de l’année, pour se prémunir contre une nouvelle réduction de l’approvisionnement.

Le gouvernement allemand, une coalition entre les sociaux-démocrates, les libéraux et les verts, vise « idéalement » à fermer toutes les centrales au charbon d’ici 2030.

Leur accord, conclu à la fin de l’année dernière, a avancé l’objectif du gouvernement précédent de fermer les usines d’ici 2038.

burs-dk / jhe / jj