mai 26, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Macron de France suit son propre chemin, cherchant le dialogue avec la Russie

Il y a encore de la place pour la diplomatie dans la crise ukrainienne. C’est du moins la phrase du président français Emmanuel Macron qui, malgré les signes de guerre, continue de faire pression pour des pourparlers avec la Russie.

Sa position reflète la tradition de la France de tracer sa propre voie géopolitique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, refusant de marcher aveuglément derrière les États-Unis, ce qui faisait partie de la stratégie politique intérieure de Macron à l’approche de la campagne électorale présidentielle d’avril. L’Ukraine peut prouver une distraction indésirable.

Macron se prépare à s’entretenir avec Vladimir Poutine vendredi, et la maison présidentielle de Macron a tenu mercredi des entretiens marathon entre les conseillers russes et ukrainiens, la première rencontre en face à face depuis que les troupes russes ont été déployées près de l’Ukraine ces dernières semaines.

Les pourparlers entre les conseillers russes, ukrainiens, français et allemands mercredi ont convenu de se réunir à nouveau dans deux semaines, toutes les parties cherchant à gagner plus de temps. Mais une stratégie centrée sur la diplomatie française complique les efforts des États-Unis et de l’OTAN pour montrer un front fort et uni contre la Russie. Les experts se demandent si cela suffira à empêcher une invasion russe de l’Ukraine.

L’appel de Macron avec Poutine vendredi matin avait deux objectifs, a déclaré le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal : « Poursuivre le dialogue » et « pousser la Russie à clarifier sa position et le but de la manœuvre (militaire) ».

Moscou a nié avoir planifié une attaque, mais a déplacé 100 000 soldats près de l’Ukraine ces dernières semaines et a mené des exercices militaires dans plusieurs endroits en Russie. Cela a préparé les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN au pire.

READ  Steven Nzonzi "plus calme" depuis l'époque de Stoke City - mais souhaite que les éclaireurs français aient été au Royaume-Uni

Atal a déclaré que Macron était « au cœur des efforts pour augmenter » et s’entretiendrait avec le président ukrainien Volodymyr Jelenski dans les prochains jours.

« Macron a essayé de restaurer les relations entre la France et la Russie et d’être plus transparentes et stables… C’est louable, mais cela a-t-il fonctionné ? Cela fonctionnera-t-il cette fois ? C’est le défi », a-t-il déclaré à l’Associated Press.

La diplomatie européenne a contribué à apaiser les tensions dans le passé. Les pourparlers dits « au format Normandie » ont eu lieu en 2015, un an après que Poutine a ordonné l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée, un an après le début d’un soulèvement pro-russe dans l’est de l’Ukraine.

Dès son élection en 2017, Macron a invité Poutine à une réunion au luxueux palais de Versailles, selon les mots du président russe lui-même, « très impressionné par le luxe de la France ».

Dans le but de relancer les pourparlers de paix avec l’Ukraine à l’été 2019, Macron a invité Poutine dans sa résidence d’été du Fort de Bregencon sur la Côte d’Azur.

« Macron a montré une grande confiance dans sa capacité à attirer les dirigeants mondiaux et à entamer des conversations avec eux », a déclaré Mois.

Cela ne fonctionne pas toujours. Le lien impossible de Donald Trump avec lui au début de leur présidence a vite été rompu. Malgré des visions du monde similaires, les relations entre Macron et le président Joe Biden ont été profondément endommagées par l’accord secret sur les sous-marins entre les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni, qui a poussé la France hors du marché et sapé l’alliance de 250 ans entre les États-Unis et la France.

READ  30 Best Tapis D'Entrée Absorbant pour vous

Macron a déclaré que c’était une « bonne chose » que les États-Unis et la Russie aient repris les pourparlers ces dernières semaines, mais il a déclaré qu’il n’avait vu aucun résultat définitif. Citant ses propres efforts pour forger une relation personnelle avec Poutine, il a ajouté que « le débat avec la Russie est toujours difficile ».

La position française soulève deux questions : « Macron aura-t-il le pouvoir de séduire Poutine ? Et « La France peut-elle mobiliser le soutien d’un grand nombre de pays européens ? »

Les pays sous influence soviétique, notamment l’Ukraine, s’inquiètent des intentions de la Russie et préfèrent une voie plus drastique.

En juin dernier, Macron et l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel ont cherché à faire pression sur les dirigeants européens pour qu’ils tiennent un sommet avec Poutine. Le plan a été rejeté en raison des inquiétudes suscitées par une rencontre avec le dirigeant russe à un moment où les relations de l’Europe avec Moscou se détérioraient, en particulier dans les États baltes et en Pologne.

Mais Macron a récemment donné un nouvel élan à une rencontre d’aussi haut niveau. Il a souligné que la lettre n’était pas le signal d’une enquête antitrust formelle sur les États-Unis et l’OTAN.

« Chacun de ces canaux doit être utilisé jusqu’au bout pour amener la Russie dans le processus de ré-expansion, pour obtenir des garanties et pour créer un nouvel ordre (européen) de sécurité et de stabilité », a-t-il déclaré cette semaine.

Il a fait pression pour un nouveau plan de sécurité de l’UE la semaine dernière pour désamorcer les tensions avec la Russie. Certains partenaires de l’UE ont exprimé la crainte que cela ne complique davantage les choses et ne sape la coopération avec les États-Unis.

READ  30 Best Table Haute Pliante pour vous

Le président français a exhorté Paris à travailler en étroite coordination avec Washington et les partenaires de l’UE pour se préparer à une riposte conjointe en cas d’attaque russe contre l’Ukraine. Dans un tel cas, Macron a réaffirmé cette semaine que « des représailles et (pour la Russie) le coût sera trop élevé ».

La France a exprimé son intérêt à stationner des troupes en Roumanie dans le cadre d’une force de l’OTAN. Le ministre français de la Défense doit se rendre jeudi en Roumanie, pays frontalier de l’Ukraine, pour des entretiens sur « l’approfondissement » des liens de sécurité, y compris la « coopération armée ».

« Tout ce qui concerne la sécurité européenne ne peut être discuté ou décidé sans la pleine implication des Européens », a déclaré cette semaine le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian aux législateurs européens. « Nous sommes à table. Nous ne sommes tout simplement pas au menu.

____

Contribution de Lorne Cook à Bruxelles, Belgique.