février 3, 2023

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Mouvements sociaux en France et au Royaume-Uni : quels pays ont le plus de grèves en Europe ?

De grandes grèves ont lieu en France et au Royaume-Uni. La France a un niveau très élevé de jours de travail perdus à cause de ces grèves, mais ce chiffre a remarquablement diminué au cours des dernières décennies.

Une grève nationale a lieu en France jeudi en réponse aux projets du gouvernement du président Emmanuel Macron de réformer le système de retraite et de relever l’âge de la retraite. Les grèves pourraient se poursuivre au-delà du 19 janvier, le plus grand syndicat français ayant décrit jeudi comme un simple point de départ.

Des grèves ont également eu lieu au Royaume-Uni. Les infirmières se sont mises en grève en Angleterre en décembre 2022 pour la première fois en 106 ans. Les cheminots ont été en grève ces dernières semaines, et les enseignants et les travailleurs de la santé prévoient de faire grève en février.

Les grèves font partie intégrante de la culture de la vie professionnelle en Europe. Les citoyens de plusieurs États membres de l’UE, dont l’Espagne et l’Allemagne, se sont récemment mis en grève, demandant principalement de meilleures conditions de rémunération et de travail. Mais quels pays ont le plus de grèves en Europe ? Les grèves sont-elles plus fréquentes dans certains pays que dans d’autres ? Comment le nombre de jours de travail perdus à cause des grèves a-t-il évolué au cours des dernières décennies ?

L’action syndicale est généralement mesurée par les « jours non travaillés » ou les « jours de travail perdus » en raison de grèves ou de lock-out. Le nombre de jours non travaillés en raison de telles actions varie considérablement d’une année à l’autre. Ainsi, les tendances au fil du temps sont plus significatives que de simples comparaisons de données annuelles.

Journées de travail perdues en raison de grèves dans toute l’Europe

Selon un ensemble de données préparé par l’Institut syndical européen (ETUI), les pays les plus en grève ont connu de légers changements de classement au cours des 20 dernières années. Entre 2000 et 2009, la moyenne annuelle de jours non travaillés pour cause de grève pour 1 000 salariés était la plus élevée en Espagne, où une moyenne de 153 jours de travail ont été perdus. Elle a été suivie par la France avec 127 jours.

READ  Un guide local d'Angoulême, la capitale française de la bande dessinée aux rues pavées | vacances françaises

Le Danemark (105 jours) occupe la troisième place avec une moyenne annuelle de plus de 100 jours de travail perdus. La Belgique et la Finlande ont suivi avec 70 jours chacune.

Au Royaume-Uni, seulement 28 jours de travail ont été perdus en moyenne annuelle en 2000-2009 en raison de grèves. En Allemagne, ce n’était que 13 jours, alors qu’il était de 8 jours aux Pays-Bas. Plusieurs pays comme la Suisse et la Pologne ont perdu moins de 10 jours.

Entre 2010 et 2019, Chypre a perdu le plus de jours de travail en raison de grèves avec une moyenne annuelle de 275 jours. La France a suivi le pays insulaire au cours de cette période avec 128 jours perdus.

Tous les autres pays pour lesquels des données étaient disponibles ont enregistré moins de 100 jours non travaillés en raison de grèves. Plus de 15 pays ont eu moins de 20 jours perdus au cours de cette période, dont 18 jours au Royaume-Uni et 17 jours en Allemagne.

La période 2020-2021 offre des données pour seulement deux ans, sans données pour certains pays. La France (79 jours) a enregistré la moyenne annuelle la plus élevée de jours perdus en raison de grèves, suivie de la Belgique (57 jours), de la Norvège (50 jours), du Danemark et de la Finlande (49 jours chacun).

Journées perdues en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne en raison de grèves

En examinant de près les deux dernières décennies, les données de l’ETUI montrent comment le nombre de jours non travaillés en raison de grèves a varié en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Espagne d’une année sur l’autre. En France, les jours perdus pour 1 000 salariés ont atteint une moyenne annuelle de 364 jours en 2010. L’Espagne a connu un nombre important de jours perdus au début des années 2000, avec 295 jours en 2000, 365 jours en 2002 et 304 jours en 2004.

READ  La joueuse de tennis ukrainienne Yastremska s'enfuit en sécurité en France

Le Royaume-Uni et l’Allemagne ont eu relativement moins de jours perdus que la France et l’Espagne au cours des deux dernières décennies. Le plus grand nombre de jours perdus en un an était de 57 jours dans les deux pays au cours de cette période.

Les journées de travail perdues à cause des grèves sont en baisse

Comme l’indique le graphique ci-dessus pour les quatre pays sélectionnés, les jours de travail perdus en raison de grèves sont en baisse. Les données de l’OCDE comparant les années 1990 et 2008-2018 rendent cette tendance très claire. Le nombre moyen de jours de travail perdus en raison de grèves pour 1 000 salariés a chuté de manière remarquable au cours de ces deux périodes dans de nombreux pays.

L’Espagne et la Turquie ont enregistré les plus fortes baisses de jours de travail perdus. En Espagne, il est passé de 309 jours à 76 jours. En Turquie, il y a eu une chute plus nette de 223 jours à 10 jours.

Le Danemark a connu une baisse de 169 jours à 105 jours, ce qui suggère qu’une culture de la grève est toujours forte dans ce pays.

La Belgique fait exception à cette tendance. Les jours de travail perdus en raison de grèves sont passés de 31 à 98 jours au cours de cette période.

Les grèves sont tombées au plus bas niveau au Royaume-Uni

Le nombre moyen de jours de travail perdus est passé de 30 à 20 jours entre les années 1990 et 2008-2018 au Royaume-Uni. Selon l’Office for National Statistics, en 2017, le nombre de travailleurs qui se sont mis en grève au Royaume-Uni est tombé au niveau le plus bas depuis les années 1890.

READ  30 Best Verre Trempé Xiaomi Redmi Note 6 Pro pour vous

Droit de grève et de négociation collective

Le droit de grève est essentiel pour exiger de meilleures conditions de rémunération et de travail. La négociation collective rend les travailleurs plus forts dans les négociations avec les employeurs. L’Organisation internationale du travail (OIT) des Nations Unies indique les taux de couverture des négociations collectives. Les pays européens ont généralement les taux de couverture les plus élevés au monde.

En 2020 ou la dernière année disponible, le taux de couverture de la négociation collective était supérieur à 90 % dans cinq États membres de l’UE. L’Italie (99 %) s’est classée première, suivie de la France et de l’Autriche (98 % chacune). Ce chiffre était de 52 % en Allemagne et de 27 % au Royaume-Uni.

La Turquie et la Lituanie (7 % chacune) ont les taux de couverture des négociations collectives les plus faibles d’Europe.

Comparabilité internationale des données

Comme le souligne l’OCDE, la comparabilité internationale des données sur les grèves est affectée par les différences de définitions et de mesures. L’ETUI, l’OIT et l’OCDE fournissent toutes des informations complètes sur la manière dont leurs données sont collectées et ce qu’elles reflètent.