septembre 17, 2021

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Rugby Australie est sur le point de reconsidérer les restrictions de test sur les joueurs étrangers

Posté sur: Modifié:

Aéroport de Sydney (AFP)

Rugby Australie a déclaré dimanche qu’il envisageait d’assouplir les règles empêchant la plupart des joueurs étrangers de représenter les Wallabies à la suite de la récente attaque de la Nouvelle-Zélande.

Connue sous le nom de “Loi de Quito” introduite en 2015, les joueurs basés à l’étranger ne peuvent retirer le maillot australien que s’ils ont au moins 60 sélections de test et ont joué au moins sept saisons à domicile en Super Rugby.

Mais avec l’acceptation d’un grand nombre d’accords lucratifs en Europe, l’exode des talents s’aggrave à mesure que les clubs japonais deviennent un centre de puissance financière.

Cela a empêché l’entraîneur des Wallabies Dave Rennie, une équipe inexpérimentée qui est tombée deux fois contre les All Blacks ce mois-ci, d’abord 33-25 puis 57-22.

Le directeur général de Rugby Australie, Andy Marinos, a déclaré qu’il était temps de reconsidérer les critères d’éligibilité pour se conformer à d’autres pays comme l’Afrique du Sud.

Il a déclaré au Sydney Morning Herald qu'”ils ont la capacité et l’accès pour sélectionner leurs meilleurs joueurs où qu’ils jouent”.

“Nous devons examiner le mérite. Je ne dis pas que ce sera alpha et oméga. Mais cela donnera certainement beaucoup plus d’expérience et plus de profondeur.”

Marinos était le directeur du rugby en Afrique du Sud, et quand ils ont décidé d’abroger les règles des joueurs basés à l’étranger, le champion du monde Springbox en a profité.

“Je ne dis pas que la recette ici est ce qu’il faut faire en Afrique du Sud. Mais nous devons examiner la qualification pour nous assurer que nous avons les meilleurs joueurs pour jouer semaine après semaine”, a-t-il déclaré.

READ  30 Best Telephone Portable Alcatel pour vous

Une option à l’étude réduirait le nombre de tests requis pour se qualifier à 15 ou 20, selon le journal.

Une autre consiste à permettre à Rennie de sélectionner plus que les deux joueurs basés à l’étranger actuellement autorisés.

Ces options peuvent être ouvertes à des joueurs comme Rory Arnold, Will Skelton, Tolu Laddu, Samu Kerawi et Sean McMahon, qui ne respectent actuellement pas la règle des 60 tests.

Mais tout changement pourrait être controversé car il affaiblirait les équipes australiennes de super rugby et enverrait des joueurs à l’étranger pour un meilleur argent.

“Ce n’est pas la réponse (complète). Mais cela fait partie de la vision globale du jeu, ce que nous devons aborder”, a déclaré Marinos.