décembre 10, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Service en France pour un soldat d’Ulster mort pendant la Première Guerre mondiale

Un service de reconsécration pour le soldat John Martin Roberts, du North Irish Horse, tué dans la Somme en août 1918, quelques semaines avant la fin de la Grande Guerre. La cérémonie a eu lieu le mercredi 18 mai 2022 au cimetière CWGC Queens, Bucquoy, France, dirigée par le révérend Isaac Thompson, aumônier du Royal Irish Regiment. Photo envoyée par David Kernohan

La semaine dernière, un service sur les anciens champs de bataille du nord de la France a eu lieu pour le soldat John Martin Roberts, qui a tragiquement été tué au cours de la dernière phase de la Première Guerre mondiale, quelques semaines seulement avant le cessez-le-feu.

Le soldat Roberts, du régiment de cavalerie North Irish Horse, avait 30 ans lorsqu’il tomba dans la Somme en 1918.

Mercredi, une cérémonie a été organisée par le Joint Casualty and Compassionate Center du ministère de la Défense (MoD), en présence de ses descendants, dont son arrière-petit-fils Craig Roberts de Bangor, pour re-consacrer sa tombe avec une nouvelle pierre tombale.

S’inscrire à notre newsletter quotidienne

Un historien australien Phillip Tardif a identifié le soldat Roberts lors de ses recherches sur son livre Le cheval nord-irlandais dans la Grande Guerre.

Il déclare : « En utilisant les archives de la Commonwealth War Graves Commission, d’anciennes cartes de tranchées et d’autres sources d’archives, j’ai pu montrer que Roberts a été tué à l’endroit où le corps a été retrouvé. Il s’agissait alors de parcourir les archives des autres Cavaliers nord-irlandais dont le lieu de sépulture est inconnu pour montrer que cela ne pouvait pas être eux. »

READ  De l'Ukraine à la France en passant par le Somerset : comment ce village a « serré les bras » autour d'une famille ukrainienne

Pour que la commission des tombes et le ministère de la Défense procèdent à une nouvelle dédicace, ils exigent une charge de preuve élevée.

John Roberts, est né à Dublin et a passé une grande partie de sa vie à Newcastle et Downpatrick, où il a travaillé comme palefrenier. Il s’est enrôlé dans le North Irish Horse en 1910, servant dans l’escadron de Dundalk sous le vicomte Robert Jocelyn. Le régiment avait été formé en 1908, recrutant des recrues de la classe «yeoman» d’Ulster – les fils d’agriculteurs et les ouvriers agricoles de type aisé, et dirigés par la noblesse terrienne de la province et les riches propriétaires de moulins.

Le Sdt Roberts s’est embarqué pour la France deux semaines seulement après la déclaration de guerre, son escadron prenant part à la bataille du Cateau et à la retraite de Mons, devenant les premiers réservistes de l’armée britannique à voir l’action. En 1918, le régiment de Roberts est démonté et converti en régiment de cyclistes, une avant-garde mobile de l’infanterie.

Il tomba au combat le 21 août 1918, 11 semaines avant l’armistice, alors qu’il travaillait comme mitrailleur Lewis lors de l’offensive des alliés Advance to Victory. Son corps a été enterré là où il est tombé et bientôt il n’y avait plus rien pour l’identifier, autre que son insigne de casquette régimentaire, retrouvé sur le corps lors de sa réinhumation un an plus tard.