décembre 6, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Suella Braverman cherche un nouvel accord pour renvoyer les migrants illégaux de la Manche en France

Les numéros de migrants renvoyés vers la France ou d’autres pays européens « sûrs » ont effondré depuis le Brexitlorsque le soi-disant accord de Dublin a pris fin.

Cela a permis le retour des migrants qui avaient traversé des pays européens «sûrs» au motif qu’ils auraient dû demander l’asile dans ces pays.

Les chiffres du ministère de l’Intérieur montrent que seulement 21 migrants – sur un total de 16 000 dont l’expulsion est envisagée de janvier 2021 à juin de cette année – ont été renvoyés dans des pays « sûrs » par lesquels ils avaient voyagé et où ils auraient dû demander l’asile.

Les diplomates britanniques ont tenté d’inclure une renégociation de l’accord de Dublin dans les pourparlers sur le Brexit, mais ont été repoussés par l’UE.

Les négociateurs britanniques ont mis deux accords de remplacement sur la table.

L’une aurait permis le retour rapide des migrants illégaux arrivés au Royaume-Uni en provenance de l’UE.

L’autre aurait permis aux enfants migrants non accompagnés d’être réunis avec des familles au Royaume-Uni ou dans l’UE.

Cependant, des diplomates de l’UE ont déclaré que Bruxelles n’était pas tenue de négocier les accords car ils ne faisaient pas partie du mandat du négociateur Michel Barnier ou de la déclaration politique définissant les objectifs des négociations.

On pense qu’Emmanuel Macron, le président français, voudrait que tout accord sur les retours fasse partie d’un accord européen plus large, plutôt que simplement un Arrangement bilatéral anglo-français.

Tony Smith, ancien directeur général de la Border Force, a déclaré que toute escalade des négociations au niveau de la Commission européenne rendrait plus difficile la conclusion d’un accord.

READ  En France, le film "Happening" présente des femmes partageant des histoires d'avortement

« Une fois que vous avez atteint le niveau de la commission, cela devient très technique et politique », a-t-il déclaré.

« Je suis sûr qu’ils soulèveraient toutes sortes de choses qu’ils voudraient en échange d’un accord. »

Une source du ministère de l’Intérieur a déclaré : « Nous sommes toujours désireux de négocier avec nos partenaires français sur la lutte contre l’immigration clandestine, mais nous ne voudrions pas susciter d’attentes quant à la possibilité d’un éventuel accord futur ».

Le retour des migrants albanais prioritaire

Les ministres accordent initialement la priorité à la retour des migrants albanais – qui représentent 30% ou 12 000 des 42 000 migrants qui ont atteint le Royaume-Uni de l’autre côté de la Manche – dans le cadre d’un accord avec l’Albanie.

Quelque 1 000 migrants ont été renvoyés jusqu’à présent au cours de l’année écoulée.

Les ministres cherchent à établir une voie d’expulsion accélérée pour les Albanais et n’ont pas exclu la possibilité de modifier la loi.

On pense qu’une option pourrait être de traiter l’Albanie comme un pays de l’UE, ce qui signifierait que les migrants de l’État des Balkans n’auraient pas le droit de demander l’asile.

Le solde migratoire devrait augmenter

La migration nette vers le Royaume-Uni sera de plus de 200 000 par an pendant au moins les cinq prochaines années, ajoutant une ville de la taille de Bristol à la population britannique, selon les prévisions officielles.

L’Office for Budget Responsibility (OBR) a prédit que la migration nette – le nombre d’entrants au Royaume-Uni moins ceux qui en sortent – sera de 224 000 l’année prochaine avant de baisser légèrement pour s’établir à 205 000 par an à partir de 2026.

READ  Google fait face à une plainte ePrivacy pour « spams publicitaires » en France – TechCrunch

C’est considérablement plus élevé que l’estimation de mars de l’OBR, qui prévoyait que la migration nette se situerait entre 139 000 et 129 000 au cours des mêmes années, soit quelque 80 000 de moins.

Il est également nettement supérieur à «l’ambition» à long terme du ministre de l’Intérieur de réduire le solde migratoire à moins de 100 000, similaire à l’objectif de Theresa May, l’une de ses prédécesseurs à ce poste.

Les enfants demandeurs d’asile atteignent des sommets

Le nombre d’enfants demandeurs d’asile pris en charge en Angleterre a atteint un niveau record, selon les chiffres du gouvernement.

Les données publiées par le Département de l’éducation (DfE) montrent que 5 570 enfants demandeurs d’asile non accompagnés (UASC) étaient pris en charge par les autorités locales au 31 mars, le chiffre le plus élevé depuis 2004.

C’est une augmentation de près de 1 500 par rapport à l’année précédente, lorsque 4 150 UASC étaient pris en charge. En 2020, il y en avait 5 080. En 2019, il y en avait 5 150.

Le DfE a également déclaré que le nombre total d’enfants pris en charge en Angleterre en mars – pas seulement les demandeurs d’asile – était de 82 170.

Ce chiffre est en hausse de 2% par rapport aux 80 780 enfants de l’année précédente.