décembre 6, 2022

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Un navire transportant 230 demandeurs d’asile accoste en France après que l’Italie a refusé l’entrée France

Un navire caritatif transportant des centaines de demandeurs d’asile qui ont été secourus en mer dans le centre de la Méditerranée a accosté dans le port militaire français de Toulon après presque trois semaines coincé au largeau cours de laquelle le gouvernement d’extrême droite italien n’a pas réussi à lui donner un port sûr.

Le gouvernement français a accepté jeudi d’accueillir le bateau, le qualifiant de geste « exceptionnel » et promettant de riposter contre l’Italie pour ne pas avoir respecté le droit international de donner port au bateau dans les eaux italiennes.

Dans une dispute croissante sur la migration, Paris a déclaré que Rome était irresponsable et inhumaine en ne venant pas en aide au bateau.

La Viking de l’océanopéré par l’ONG européenne SOS Méditerranée, avait récupéré les migrants en mer près des côtes libyennes avant de passer des semaines à chercher un port pour les accueillir.

Vendredi matin, les 230 passagers du bateau, dont 57 enfants, sont arrivés au port méditerranéen français de Toulon, après avoir fait face à la détérioration des conditions à bord. Quatre passagers rencontrant de graves problèmes de santé avaient auparavant été héliportés du bateau jeudi et transférés dans un hôpital français.

Les passagers du bateau devaient recevoir une aide médicale et être interrogés dans un centre administratif du port naval de Toulon. Les personnes éligibles pour faire une demande d’asile pourraient ensuite être déplacées vers d’autres pays européens, dont neuf – dont l’Allemagne, le Luxembourg, la Bulgarie et le Portugal – ont proposé d’accueillir au total les deux tiers des passagers en « solidarité ». Ceux dont la France a décidé qu’ils n’étaient pas éligibles pour faire une demande d’asile seraient renvoyés dans leur pays d’origine, a déclaré le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

READ  La France interdit les emballages plastiques pour les fruits et légumes

La France n’avait jamais autorisé auparavant un navire de sauvetage transportant des migrants à débarquer sur ses côtes, mais a déclaré qu’elle l’avait fait cette fois parce que l’Italie avait refusé l’accès.

Darmanin a déclaré que les demandeurs d’asile relevaient de la responsabilité de l’Italie en vertu des règles de l’UE et que la décision française d’autoriser le navire à accoster était une mesure exceptionnelle prise pour des raisons humanitaires en raison de la situation grave des nombreux malades à bord. Il a dit qu’ils avaient été sauvés en mer alors qu’ils étaient « à quelques heures de la mort ».

Darmanin a déclaré que le président français, Emmanuel Macron, avait tenté pendant des jours de convaincre les autorités italiennes d’accepter le droit international selon lequel un bateau en détresse pouvait se rendre au port le plus proche.

Interrogé sur le commentaire de la dirigeante d’extrême droite française, Marine Le Pen, selon lequel la France était « dramatiquement » douce à l’égard de l’immigration en autorisant le bateau à accoster, Darmanin a répondu : « Que veut Marine Le Pen ? Laisser mourir des enfants sur ce navire à quelques mètres de nos ports ?

Il a déclaré que le refus de l’Italie d’accepter les migrants était incompréhensible et qu’il y aurait de « graves conséquences » pour les relations bilatérales de l’Italie avec la France et avec l’UE dans son ensemble. Il a déclaré que les autorités italiennes n’avaient pas été professionnelles en permettant au bateau d’attendre en mer pendant 20 jours sans décider s’il pouvait accoster.

L’impasse sur le bateau marque une rupture dans les relations de Paris avec le nouveau Premier ministre italien, Giorgia Meloni, le chef de Frères d’Italieun parti aux racines néofascistes.

READ  La France se prépare à de nouvelles pénuries de carburant alors que le syndicat vote pour prolonger les grèves | France

Meloni a riposté à la France vendredi, déclarant lors d’une conférence de presse qu’elle était « frappée par la réaction agressive du gouvernement français, qui de mon point de vue est incompréhensible et injustifiée ».

Conséquence de la querelle, la France a déjà décidé de geler un plan d’accueil de 3 500 demandeurs d’asile actuellement en Italiedans le cadre d’un accord européen de partage des charges.