février 2, 2023

Le Quotidien des lacs

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE. Manchettes, politique et culture en français sur Le Quotidien des lacs

Une nouvelle vie s’annonce pour John Law en France

Il arriva en France, renouant connaissance avec le duc d’Orléans qui était le neveu du roi Louis XIV, se présentant à la cour. Voici maintenant où les chemins de John Law et l’économie de la France se croisent. Le duc d’Orléans devient régent à la mort du roi de France, tenant le trône tandis que l’actuel héritier Louis V, encore mineur, atteint l’âge adulte.

Ses premières tentatives en tant que régent ont été d’essayer de renflouer l’économie. Il a essayé en 1713 en re-frappant la monnaie, en la dépréciant d’un cinquième. Cela a conduit à un gain à court terme des recettes de l’État, mais a provoqué une inflation des prix. Pour ajouter à cela, le contrôleur général des finances a annoncé son intention de dévaluer davantage la monnaie, comme une tentative mal placée de stimuler l’économie, mais cela a plutôt abouti à une thésaurisation de la monnaie existante.

Le duc avait vu la perspicacité financière de Law à Londres et l’avait appelé pour obtenir des conseils afin de résoudre le chaos financier dans lequel la France était tombée. C’était l’occasion pour Law de récupérer sa vie et de faire sa place dans les annales de l’histoire. Sa solution au régent recommandait l’ajout du papier-monnaie, tel qu’il existait alors en Grande-Bretagne et en Hollande, étendant son utilisation au crédit. Il a demandé au régent l’autorisation de créer une banque pour gérer les revenus royaux ainsi que d’émettre des billets de banque garantis par eux, adossés à des actifs.

En 1716, Law persuada le gouvernement français de lui permettre de fonder une banque, qui s’appelait la Banque Générale, afin d’émettre du papier-monnaie. Ces billets de banque seraient basés sur les actifs physiques réels de la banque, à savoir l’or et l’argent. Ces billets pourraient être utilisés comme prêt de la banque au roi à un taux d’intérêt de trois pour cent au lieu des sept et demi pour cent d’intérêt existants. Ces billets étaient faciles à transporter et seraient donc diffusés parmi le public profane en tant que moyen de commerce.

READ  Rappel de chocolats Kinder : une agence de l'UE demande une enquête plus approfondie dans une usine belge

C’était un concept complètement nouveau pour l’époque. L’idée était d’augmenter l’argent en circulation et d’aider à renforcer les finances du gouvernement français assiégé. Il organise alors la Compagnie d’Occident ou la Compagnie de l’Ouest pour contrôler le commerce entre la France et ses colonies sur le continent nord-américain, en Louisiane et dans les colonies canadiennes.

Les peaux de castor étaient la marchandise du commerce au Canada et en Louisiane, ils faisaient le commerce des métaux précieux et du tabac. C’était une colonie assez énorme, s’étendant sur 3 000 milles de certaines régions du Canada jusqu’à l’embouchure du fleuve Mississippi. Cela lui a donné le nom sous lequel elle était plus connue, la Mississippi Company.

Le gouvernement français a accordé à Law des privilèges commerciaux exclusifs dans l’entreprise pendant 25 ans, ainsi que la liberté de nommer un gouverneur et des officiers dans la colonie, et d’accorder des terres à des promoteurs potentiels. La société a dû installer 6 000 colons et 3 000 esclaves dans la colonie dans le cadre de son contrat.

Le plan était que les opérations initiales de la Mississippi Company collecteraient des fonds pour les opérations en vendant les actions de la société contre des espèces et des obligations d’État. Les obligations avaient un faible taux d’intérêt, aidant les finances françaises, tout en créant un flux de trésorerie sécurisé. C’était un excellent plan pour mettre en place un plan de grande entreprise. Son plan a amené de nombreuses personnes à investir dans la Mississippi Company.

(A suivre dans la colonne suivante.)

Les références:

READ  Stellandis critiqué par les syndicats en France pour ses projets de lutte contre la pénurie de puces
  1. Les délires populaires extraordinaires et la folie des foules par Charles Mackay, 1841
  2. John Law et la bulle du Mississippi – 300 ans plus tard : Mises Wire, Mises Institute. Mises.org
  3. Histoire de l’argent dur : la bulle du Mississippi, Vaulted.com

Kirit Manral est un trader professionnel et dirige un programme de mentorat en trading depuis 2019, avec des mentorés du monde entier. Il peut être trouvé sur Twitter à @KiritManral

Les leçons d’argent que l’on peut tirer du Loup de Wall Street.

Première publication : 29 décembre 2022, 08h57 IST