Dernières heures

Entrevue avec Lise Dion

26 novembre 2014 | par Tommy Gauthier

Voici une entrevue avec Lise Dion réalisée  par par Léa Bellegarde et Karolanne Martel dans le cade du « Poly Express »

Le 8 octobre dernier, nous avons eu la chance de rencontrer la charmante humoriste Lise Dion. Voici
l’entrevue réalisée.

1- Comment vous préparezvous avant un spectacle ? 

Lise : Lors d’un spectacle, j’arrive au moins 1h30 avant le début. Vers 18h30, je réchauffe ma voix jusqu’à 19h et je vais me maquiller. Vers 19h55, je suis prête en arrière des rideaux et je me concentre beaucoup. Je parle avec des morts, c’est-à-dire des personnes disparues de ma vie et que j’aimais beaucoup. Je suis prête cinq minutes avant de monter sur scène.

2- Pourquoi avez-vous décidé de faire de l’humour ?
Lise : D’abord, faire rire, ça ne s’apprend pas. Je me suis  rendu compte toute jeune, vers quatre ou cinq ans que  j’étais capable de faire rire mes parents. Quand j’étais petite,  je voulais être chanteuse. Je ne pensais pas à être humoriste, de toute façon, le métier d’humoriste n’existait pas dans mon temps. Alors, à un moment donné, avec mes enfants, j’ai commencé à suivre des cours au CLSC et avec des familles, on s’échangeait du gardiennage et nous avons monté une pièce de théâtre entre femmes pour amasser des fonds. Je me suis aperçu que les gens riaient eux aussi de ceque je faisais. Donc je me suis dit : « Je pourrais peut-être faire du théâtre… » Et j’ai suivi des cours pour être comédienne. Finalement, je jouais du drame, mais tout le monde riait, donc je me suis aperçu que ça ne donnait rien de faire du théâtre. Enfin, j’ai rencontré un humoriste qui m’a dit que je pourrais faire un numéro (j’étais alors serveuse dans un «Dunkin Donuts») sur les histoires que je voyais dans le restaurant et tout et ça m’a donné le «flash» d’aller passer une audition. Finalement, trois semaines plus tard,j’étais sur scène.

3- Qu’est-ce qui vous inspire ?
Lise : Tout ce qui se passe dans la vie de tous les jours.Les gens maintenant me connaissent tellement qu’ils me disent : «Dans votre prochain spectacle, ce serait bien que vous parliez de tel sujet.» Donc j’écoute tout ce que les gens me disent et après, quand je m’assois pour écrire, je pense à eux. Je pense à là où ils sont rendus dans leur vie, de quoi ils ont peur, je m’inspire des gens.

4- Avez-vous des trucs pour éliminer la gêne ?
Lise : Ça vient avec le temps… Tu ne peux pas monter sur une scène la première fois et être à l’aise. Il faut juste que ton trac ne te rende pas malade parce que ça a un effet physique. Moi, quand j’ai beaucoup le trac, je fais de la fièvre, j’ai mal au cœur, mal au ventre, il ne fautpas que tu laisses tout ça t’envahir. Il faut que tu te convainques que c’est bien d’avoir le trac un peu, mais il ne faut pas que ça te nuise.

5- Avez-vous une anecdote comique à nous raconter ?
Lise : Il m’en est arrivé beaucoup! L’une des dernières, il y avait une chauve-souris pendant un spectacle et elle passait au-dessus de moi, j’ai eu peur, je me suis ramassée  dans le public, un monsieur m’a donné une «claque» en arrière de la tête pour me faire croire qu’elle était passée sur ma tête. Je suis partie à courir, je suis tombée en pleine face, en avant de la scène, tout ça pour une chauve-souris. Dans un autre spectacle, il y avait une madame dont la maison était prise en feu et à l’entracte, ils sont venus le lui dire,et la madame a dit «Pas grave, il n’y a personne dedans, je vais rester pour écouter la 2e partie.» Une autre madame de 80 ans est tombée dans le hall d’entrée. Elle s’est cassée le nezet un poignet et elle est restée pour la 2e partie. J’ai été la voir après et je lui ai demandé pourquoi elle n’était pas allée à l’hôpital et elle m’a dit : « J’aurais fait quoi à l’hôpital?On m’aurait fait attendre pendant quatre heures, aussi bien rester pour écouter la 2e partie!»

6-Avez-vous un ou une idole ?
Lise : J’en ai quelques-uns, c’est sûr. Il y a Yvon Deschamps, Michel Courtemanche, Clémence Desrochers, tous ceux qui on fait le métier avant moi, Gilles Latullipe et Daniel Lemire. Tous ceux qui ont commencé avant moi sont mes idoles et quand j’ai commencé, mon idole, c’était Coluche, un humoriste français.

7- Avez-vous une émission de télé favorite ?
Lise : J’en ai plein, j’aime Yamaska, Toute la vérité, O` et Unité 9. Cette dernière, je la mettrais en première place!

8- Quel objet vous sert le plus dans une journée ?
Lise : Malheureusement, c’est mon téléphone cellulaire parce que j’y retrouve mon horaire, le calendrier des spectacles, les notes que je prends, mes rendez-vous. Ça et mon agenda, parce que j’aime aussi avoir un agenda écrit au cas où le téléphone «planterait».

9-Quelle est votre chanson préférée du moment ?
Lise : All of me, du chanteur John Legend et aussi le nouvel album country de Maxime Landry.

10- Quelle est votre plus grande qualité ?
Lise : Je pense que ma première qualité serait la générosité.

11-Qu’est-ce que l’humour vous apporte ?
Lise : L’humour m’apporte plein de choses. C’est sûr que certains soirs, j’ai de la misère à aller au théâtre parce que je suis en pyjama ou lorsque je suis en train d’écouter un film. Cependant, quand je suis sur la scène, c’est un bonheur parce que moi, dans un sens, je vois le meilleur côté des gens tout le temps. Ils s’envoient la tête par en arrière, il y a une vague de rire qui revient. En fait, c’est un grand bonheur qui m’empêche de penser à mes problèmes, l’humour m’empêche de vieillir.

par Léa Bellegarde et Karolanne Martel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *