Dernières heures

RÉSOLUTION : CESSER DE FUMER (CHRONIQUE SANTÉ)

8 janvier 2013 | par Tommy Gauthier
RÉSOLUTION : CESSER DE FUMER (CHRONIQUE SANTÉ)
Chronique Santé
0

Si cesser de fumer fait partie de vos résolutions pour l’année 2013, cette chronique devrait vous être utile. Au Canada, il y a environ 5 millions de canadiens qui sont des fumeurs (19% de la population) et ce chiffre est de 1,6 millions pour le Québec. C’est bien connu, la cigarette et sa fumée son très néfaste pour la santé. En effet, 27 personnes meurent à chaque jour au Québec en raison de la cigarette. C’est d’ailleurs la cause de décès évitable numéro 1 à l’échelle mondiale. La cigarette serait la cause d’environ 1 cancer sur 3, et de plus de 90% des cancers du poumon. Elle est aussi responsable de maladies cardiaques, de maladie pulmonaire obstructive chronique et d’AVC. La fumée secondaire, quant à elle, augmente le risque de souffrir d’un cancer ou d’une maladie cardiaque de 20%.

Il est souvent difficile d’écraser, car la nicotine engendre une dépendance et son retrait de l’organisme entraîne un servage. En effet, la nicotine contenue dans une cigarette entraine la libération de dopamine au cerveau, une substance qui joue un rôle dans le système de récompense du cerveau et qui est responsable de la sensation de bien-être et de la dépendance. Il existe deux composantes au sevrage tabagique. Il y a d’abord la composante mentale (ou psychologique), qui peut se manifester par de l’irritabilité, de la colère, de l’anxiété, de l’insomnie, une humeur dépressive, etc. C’est pourquoi il est primordial d’avoir une bonne motivation avant de débuter la cessation tabagique et d’aller chercher du soutien, que ce soit avec la famille et les amis ou encore dans un centre d’abandon du tabagisme. La deuxième composante d’un sevrage de tabac est physique (ou chimique) et se manifeste par divers symptômes comme la toux, l’appétit augmenté, la sudation, les tremblements, les maux de têtes, des étourdissements, de la constipation, etc. Ces symptômes de sevrage peuvent se manifester quelques heures après la dernière cigarette, pour atteindre un pic environ 48 heures plus tard. Par la suite, les symptômes de sevrage diminueront graduellement pour finalement disparaître dans un délai de 2 à 5 semaines.

Bien qu’il soit difficile de cesser de fumer, considérez les aspects positifs que cela pourrait avoir sur votre santé :
Après 8h sans fumée, le monoxyde de carbone de votre dernière cigarette a quitté votre système sanguin et le taux d’oxygène sanguin revient à la normale.
Après 24h sans fumée, le risque de crise cardiaque commence déjà à diminuer et la nicotine quitte votre organisme.
Après 48h, votre risque de crise cardiaque diminue. Votre odorat et votre goût s’améliore et les aliments deviennent plus savoureux.
Après 72h, vous respirez plus facilement et vos bronches se relaxent. Votre capacité pulmonaire augmente.
Après 2 à 3 semaines, votre circulation sanguine s’améliore et la pratique d’exercice physique vous est plus aisée.
Après 6 mois, la toux, la congestion des sinus, la fatigue et les difficultés respiratoires diminuent.

Après 9 mois à 1 an sans fumée, les cils vibratiles de vos poumons se sont régénérés et votre toux persistante disparaît.
Après 1 an, votre risque de subir une crise cardiaque à cause du tabagisme a diminué de moitié.
Après 10 ans, votre risque de décès dû au cancer du poumon à diminuer de moitié.
Après 15 ans, votre risque de décès est le même que celui d’une personne n’ayant jamais fumé.

Afin de vous aider dans le processus d’arrête tabagique, considérez les aides pharmacologiques. En effet, ces aides doublent les chances de succès lorsqu’on entreprend de cesser de fumer. Ils sont donc un outil à ne pas négliger. Bien que certains médicaments demandent une ordonnance du médecin (Champix, Zyban), les thérapies de remplacement à la nicotine sont disponibles en vente libre dans les pharmacies. Ces traitements englobent les timbres, gommes, les pastilles et inhalateurs de nicotine. Les timbres sont souvent un bon choix car ils offrent une libération de médicament soutenue tout au long de la journée, ce qui permet de contrôler les envies de fumée pendant toute la journée. Les gommes sont surtout utiles au besoin lorsqu’une envie de fumer irrépressible nous prend, car elles agissent rapidement au moment voulu sans durer aussi longtemps qu’un timbre. Ces deux derniers médicaments sont souvent remboursés, du moins en partie, par les assurances médicaments. Les inhalateurs offrent l’avantage de porter à la bouche un semblant de cigarette et occupe les mains pour un moment. Un traitement standard dure environ 12 semaines, durant lesquelles les doses de nicotines seront diminuées graduellement selon chaque personne. Votre pharmacien ou médecin saura vous aidez à choisir l’aide pharmacologique approprié pour vous.
Les rechutes sont possibles lorsqu’on tente de cesser de fumer, mais il ne faut pas y voir un échec. Plusieurs fumeurs tenteront de cesser de fumer plusieurs fois (5 à 7 fois) avant de réussir. Voyez plutôt cela comme une occasion de voir ce qui a moins bien fonctionné durant votre arrêt afin d’y remédier à votre prochaine tentative !

En terminant, voici quelques liens qui pourraient vous être utiles : www.jarrete.qc.ca www.poumon.ca www.cancer.ca

Amélie Labonté, étudiante 4e année en pharmacie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *