Dernières heures

ÊTRE HEUREUX C’EST PERMIS !

16 janvier 2014 | par Tommy Gauthier
ÊTRE HEUREUX C’EST PERMIS !
Actualités régionales
0

Se parler… D’Hommes à Hommes inc., en collaboration avec le Centre de santé et des services sociaux région de Thetford/CLSC et le soutien financier de l’Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches, est fier de vous offrir cet outil appelé Permis d’être heureux, un permis valide à vie, non-révocable.

Basé sur une idée originale élaborée par l’organisme pour hommes C-TA-C de Rimouski-Neigette, ce Permis d’être heureux  vise tous les hommes de la région afin de leur donner des moyens concrets et bien simples qui les aideront à demander de l’aide lors de périodes de détresse, à se responsabiliser, à éviter de recourir à la violence en plus de trouver des références utiles selon les situations. L’outil leur aidera également à identifier et reconnaître les signes qui les empêchent d’atteindre l’équilibre dans leur vie personnelle, conjugale et familiale.

« Nous avons trouvé le concept original, explique monsieur Denis Doyon, directeur général de Se parler… D’Hommes à Hommes, toutefois nous l’avons adapté à la réalité des hommes de notre MRC, afin de faire en sorte que ces hommes qui l’auront en leur possession puissent se reconnaître. Mais les principes véhiculés tout comme les outils dans le dépliant sont les mêmes que ceux présentés à la base, poursuit-il. »

Afin de s’assurer que tous les aspects de la problématique masculine soient bien présents, l’organisme a décidé de s’associer avec le CLSC, par le biais de l’accueil et de sa chef d’équipe Guylaine Grenier. « J’ai tout de suite embarqué, précise madame Grenier, premièrement le caractère novateur de l’idée m’a beaucoup plu puis, bien évidemment, les objectifs poursuivis par le projet rejoignent les miens. Après seulement quelques rencontres et certains ajustements, enchaîne-t-elle, nous sommes vite arrivés au produit final qui sera distribué un peu partout dans la région. »

En ce qui a trait à la distribution proprement dite, elle se fera surtout en milieu de travail. Déjà, plus d’une centaine d’entreprises ont été jointes au téléphone et informées qu’une campagne de sensibilisation visant les hommes serait bientôt mise en branle. Et, comme le souligne monsieur Doyon, les réponses furent positives.

Cette distribution sera parfois complétée par de la sensibilisation aux employés sur le temps de travail. Certaines entreprises et institutions se sont d’ailleurs montrées intéressées par cette approche directe. Dans d’autres cas, la sensibilisation passera par les ressources humaines de l’entreprise qui verront à transmettre l’outil à leurs employés en temps opportun.

Le directeur général de Se parler… D’Hommes à Hommes inc. ajoute que les coûts reliés à la détresse psychologique, à la violence qu’elle soit conjugale, familiale, sociale ou à la dépression chez un employé, tout comme l’abus de drogues et d’alcool qui peuvent en découler, sont très élevés pour les entreprises, comme l’a constaté l’organisme au cours de ses 25 ans d’existence. « Il faut donc agir en amont plutôt qu’en aval », dit-il encore.

Afin d’appuyer ses affirmations, monsieur Doyon mentionne qu’au Canada, le nombre de personnes absentes en raison de maladie ou d’incapacité de longue durée s’élevait en 2010 à environ 28 000, d’après Statistique Canada. Ce qui représente, strictement que pour les coûts directs, environ 9000 $ par employé c’est-à-dire : 11 semaines x 40 heures x 5 jours x 20,5 $/heure, selon la moyenne.

En tout, 10 000 permis seront délivrés au cours de cette année et 145 entreprises ont été jointes à ce jour.

Rediffusion | Source : Mario Dufresne, agent de développement, Se parler… D’Hommes à Hommes inc.

Crédit Photo : Claudia Fortier Courrier Frontenac
Bas de vignette :  Denis Doyon, directeur général Se parler… D’hommes à Hommes inc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *