Dernières heures

LE CINÉMA DU LAC PRÉSENTE QUÉBÉKOISIE

20 février 2014 | par Tommy Gauthier
LE CINÉMA DU LAC PRÉSENTE QUÉBÉKOISIE
Socio-culturel
0

Le Cinéma du lac présente, Québékoisie, documentaire de Mélanie Carrier et Olivier Higgins, les mercredi 19 février à 19h00, samedi 22 février à 20h00 et dimanche 23 février à 13h30, en présence des deux réalisateurs, qui échangeront avec nous.

Le documentaire sera précédé du court-métrage « Gaspé Copper », du réalisateur québécois Alexis Fortier Gauthier, mettant en scène 3 jeunes de notre région.

Pour préparer votre visionnement, écouter des entrevues, voir les bandes-annonces ou photos, et trouver différents liens, consultez notre page Facebook:  

La programmation de l’hiver 2014 est disponible sur le site de la Ville de Disraeli : www.villededisraeli.ca ainsi que dans divers commerces et établissements du secteur sud de la MRC des Appalaches, via nos affiches et dépliants de saison.

QUÉBÉKOISIE de Mélanie Carrier et Olivier Higgins

Canada (Québec). 2013. 81 min. Documentaire. (En attente de classement). Il leur aura fallu partir au bout du monde, au Tibet plus précisément, pour le réaliser : Mélanie Carrier et Olivier Higgins, la trentaine active, ont des amis aux quatre coins de la planète, mais ne savent pas nommer les peuples qui habitent depuis toujours sur leur territoire, le Québec. D’où vient cette méconnaissance des Autochtones, alors que des études montrent sans doute que plus de la moitié des Québécois ont au moins un ancêtre amérindien ? Pourquoi les clichés et préjugés sont-ils toujours aussi tenaces ? Comment les choses peuvent-elles évoluer ? C’est en enfourchant leurs vélos en direction de la Côte-Nord que les deux jeunes gens ont voulu mieux comprendre les relations complexes entre Autochtones et non-Autochtones. «Une démarche courageuse, qui nous confronte avec ces peuples invisibles parce que nous préférons, la plupart du temps, les ignorer. Le documentaire le fait sans prêchi-prêcha, sans chercher à culpabiliser ou à confronter et, surtout, en se tenant à distance du discours officiel pour privilégier la parole des gens ordinaires.» (Éric Moreault, Le Soleil). Prix Magnus-Isacsson, remis à un cinéaste émergent qui témoigne d’une conscience sociale, aux Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal 2013 (RIDM).

Rediffusion | Source : Johanne Laurendeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *