Dernières heures

LE GOUVERNEMENT CANADIEN OCTROIE UNE CHAIRE DE RECHERCHE INDUSTRIELLE CRSNG SUR LES MATÉRIAUX AVANCÉS AU CEGEP DE THETFORD

17 juin 2013 | par Tommy Gauthier
LE GOUVERNEMENT CANADIEN OCTROIE UNE CHAIRE DE RECHERCHE INDUSTRIELLE CRSNG SUR LES MATÉRIAUX AVANCÉS AU CEGEP DE THETFORD
Actualités régionales
0

Dans le cadre de son programme d’Innovation dans les collèges et la communauté (ICC), le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) octroie au Centre de technologie minérale et de plasturgie (CTMP) du Cégep de Thetford une chaire de recherche industrielle sur les matériaux avancés. Cette subvention de 1 000 000$ est la reconnaissance de l’expertise du CTMP dans les secteurs minéral et plasturgie, dont les forces seront jointes dans ce programme de recherche.

Le titulaire de la chaire est le Dr. Philippe Bébin. Celui-ci détient une maîtrise et un doctorat en physico-chimie des polymères obtenus respectivement à l’Université Pierre et Marie Curie de Paris et à l’Université Laval. Outre sa formation de haut niveau, le Dr Bébin bénéficie d’une longue et solide expérience en recherche industrielle acquise au sein d’entreprises de haute technologie et de centres de recherche de renommée internationale.

Deux entreprises canadiennes de premier plan, SiliCycle et Celluforce, agissent à titre de partenaires industriels de cette première chaire de recherche industrielle CRSNG octroyée au Cégep de Thetford. SiliCycle est leader mondial dans le développement, la fabrication et la commercialisation de gels de silice à haute valeur ajoutée pour le domaine des sciences de la vie. CelluForce, une coentreprise de Domtar Corporation et FPInnovations, est le chef de file mondial du développement commercial de la cellulose nanocristalline (NCC).

La chaire concentrera ses efforts sur le développement d’absorbants spécifiques utilisés pour l’extraction de composés d’intérêt ainsi que sur les applications industrielles de la cellulose nanocristalline (NCC) associée à divers polymères. Pour ce faire, tant la compatibilité chimique des interfaces que les paramètres de mise en oeuvre seront pris en compte pour maîtriser à la fois les structures et les propriétés des produits et matériaux préparés selon des procédés industrialisables.

Rediffusion | Source : Josianne Houde, Conseillère en communication, Cégep de Thetford

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *