Dernières heures

LE MINISTRE HÉBERT INVITE LES PHARMACIENS À POURSUIVRE LES NÉGOCIATIONS

15 août 2013 | par Tommy Gauthier
LE MINISTRE HÉBERT INVITE LES PHARMACIENS À POURSUIVRE LES NÉGOCIATIONS
Actualités provinciales
0

Le ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable des Aînés, le docteur Réjean Hébert, invite les pharmaciens à poursuivre les négociations afin de trouver rapidement un terrain d’entente concernant le financement de leurs nouvelles activités professionnelles.

« Les négociations n’avanceront certainement pas plus vite sur la place publique. Je suis convaincu que nous pouvons arriver à la signature d’une entente dans les prochains jours et ainsi éviter que la population soit prise en otage », a déclaré le ministre Hébert.

Le ministre a également rappelé que l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) connaît depuis sa signature d’une lettre d’entente avec le Ministère, le 17 août 2012, la position ministérielle quant au financement des nouvelles activités. Cette position a également été clairement exposée lors de la première rencontre du comité conjoint unissant les représentants du Ministère et de l’Association, le 6 février 2013.

« J’ai déjà évoqué publiquement l’hypothèse d’une couverture des nouvelles activités par la Régie de l’assurance maladie du Québec pour l’ensemble des Québécois. Mais après une analyse approfondie, il s’avère toutefois préférable de respecter la mixité de notre régime public-privé, d’autant plus que de nombreuses modifications législatives seraient nécessaires afin de réglementer l’ensemble du secteur privé », a aussi fait savoir le ministre Hébert.

Puisque le régime universel d’assurance médicaments au Québec est mixte, et que le régime public couvre environ 40 % de la population, le secteur privé doit aussi nécessairement être sollicité pour offrir à leurs assurés une couverture de nouveaux services s’ils le souhaitent.

Rappelons que la nouvelle Loi sur la pharmacie a été adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale le 8 décembre 2011, et qu’elle vise notamment à permettre aux pharmaciens de prolonger ou d’ajuster une ordonnance et de prescrire des médicaments pour le traitement de conditions mineures ou sans diagnostic. À l’instar des avancées réalisées dernièrement dans les activités d’autres professionnels de la santé, et pour plusieurs sans majoration de leur rémunération, ces changements visent à favoriser une meilleure complémentarité entre les différents champs de pratique afin de doter le Québec d’une première ligne de soins plus forte et plus accessible.

Des changements à la demande des pharmaciens

Plusieurs des nouvelles activités sont en fait des outils mis à la disposition des pharmaciens pour gagner en autonomie et régler plus facilement des situations cliniques existantes qui sont au cœur de l’exercice de la pharmacie depuis longtemps. Notons que la surveillance de la thérapie médicamenteuse est une activité réservée aux pharmaciens et que cette réalité est bien antérieure aux récentes modifications législatives qui permettront aux pharmaciens d’exercer de nouvelles activités. Les situations cliniques auxquelles est confronté le pharmacien sont les mêmes, seuls les moyens mis à sa disposition diffèrent désormais.

Certaines des nouvelles activités prévues par la Loi ont été ajoutées à la demande même des pharmaciens, et ce, afin de faciliter leur travail, d’augmenter leur autonomie et de réaliser des gains de productivité. Par exemple, les pharmaciens pouvaient déjà ajuster une ordonnance, mais avaient l’obligation d’obtenir l’autorisation du  médecin, ce qu’ils n’auront plus à faire.

Dans les faits, seulement trois actes constituent une charge supplémentaire pour les pharmaciens et justifient une augmentation de la rémunération. Ces trois actes contribuent à favoriser l’accessibilité aux soins et services de première ligne.

Par ailleurs, les situations cliniques qui pourront être résolues grâce aux nouvelles activités sont déjà prises en compte dans l’honoraire versé au pharmacien pour l’exécution d’une ordonnance.

 Rediffusion | Source : Direction des communications, Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *