Dernières heures

Nicolas Boucher prône le respect du processus

23 octobre 2018 | par Tommy Gauthier
Nicolas Boucher prône le respect du processus
Sport
0

Les Filons du Cégep de Thetford étonnent en ce début de
saison dans la ligue de hockey collégiale. En effet, après six semaines d’activités, la troupe de l’entraîneur Nicolas Boucher flirte avec le premier rang du classement général.

Composant avec 17 recrues au sein de son alignement, la formation thetfordoise surprend par ses succès, elle qui n’a subi que trois revers en temps régulier en douze sorties jusqu’à maintenant. Cette performance, si elle étonne la majorité des observateurs, ne surprend pas celui qui en est l’architecte.

Nicolas Boucher, plus que tout autre, croit en son équipe. « On  voulait un club de caractère et on a bâti autour de cette identité. Il n’est pas question de parler de reconstruction parce que nous avons plusieurs recrues. Tout le monde ici est capable de contribuer au succès », dit-il.

S’il a pleine confiance en ses équipiers, le pilote des Filons croit néanmoins fermement que c’est le respect du processus et le dépassement de soi par le travail qui feront toute la différence. « On a du succès quand on travaille de la bonne façon. Quand on s’en
éloigne comme c’est arrivé quelques fois, on se retrouve en difficulté. On doit continuer à progresser et à apprendre de nos erreurs ».

Même si son équipe a récolté 16 points jusqu’à maintenant cette saison, coach Boucher n’entend pas pavoiser pour autant. « Le classement n’est pas important pour nous. Ce qui compte, c’est notre façon de jouer. Je pense qu’on est capable de faire encore mieux en ayant une meilleure concentration sur la tâche. Je m’attends à ce qu’on commette des erreurs, mais l’important c’est d’apprendre de celles-ci. C’est comme ça qu’on va progresser et s’améliorer. On veut être encore meilleurs sous la pression parce que c’est comme ça en séries. Il faut s’y préparer ».

Pour Nicolas Boucher, malgré la jeunesse de son équipe, il n’est pas question de se servir de cette excuse. « J’ai confiance en ces jeunes-là. Ils veulent apprendre et rien ne va nous contenter », de conclure le sympathique entraîneur.

 

Renseignements :
Mario Royer
Service des communications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *