Dernières heures

OPÉRATION CISAILLE 2013

11 juillet 2013 | par Tommy Gauthier
OPÉRATION CISAILLE 2013
Actualités provinciales
0

Qu’est-ce que le programme CISAILLE?

Le programme CISAILLE, vise à réduire la production de marihuana sur l’ensemble du territoire québécois, et ce, durant toute l’année, car elle concerne également les productions intérieures.

L’expansion du phénomène des cultures de marihuana est une activité criminelle qui dépasse le cadre d’intervention des forces policières. L’ampleur du phénomène, en termes d’impacts et de conséquences sur la population, demande un partenariat entre les organismes, la population et la police pour lutter contre cette criminalité.

Il est donc dans l’intérêt des citoyens de dénoncer et de ne pas laisser ces « squatters » utiliser impunément leurs terres ou leurs résidences à des fins illégales.

La production, le trafic et la vente de marihuana sont lourds de conséquences pour la société.

  • Les risques pour la sécurité des personnes
  • Les actes criminels commis en marge des activités de production de marihuana (méfaits, menaces, intimidation, voies de fait, nuisance publique, etc.);

Ils menacent la santé de nos enfants en introduisant cette drogue dans les polyvalentes, et  parfois même dans les écoles primaires!

Gardez l’œil ouvert : tout près de chez vous, maisons inhabitées visitées régulièrement par des individus, fenêtres barricadées, fort bruit de ventilation, odeur de marihuana.  Lors de vos déplacements en forêt, prenez le plus de détails possible : descriptions de personnes ou de véhicules suspects, plaque d’immatriculation, secteur précis (GPS) et ce, sans bien sûr vous mettre dans des situations délicates.

Et ensemble, nous couperons l’herbe sous le pied des trafiquants et protégerons nos enfants !

Communiquez avec nous en toute confidentialité :

La Sureté du Québec poste de la MRC des Appalaches  418-338-3151

La Sûreté au 310-4141 ou Cellulaire *4141 (partout au Québec)

La centrale de l’information criminelle 1-800-659-4264

Rediffusion | Source : Pamela-Ann Bélanger, Sûreté du Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *